Tests / Okami 18/20

Poster sur Twitter

Ecrit par SpaceMonkey le 12/06/2008 à 00:00

Sorti en 2006 sur PlayStation 2, ce n'est qu'en 2007 que la rumeur d'un portage sur Wii fut exprimée et que cette rumeur fut concrétisée en 2008 avec la sortie d'Okami sur la dame blanche de Nintendo. Okami avait vivement fait parler de lui à sa sortie PS2 pour sa qualité impressionnante, sorti deux ans plus tard, Okami devrait en théorie être meilleur sur Wii, qu'en est-il vraiment ?

Tout d'abord un peu d'histoire, Okami est à la base un jeu développé par Clover Studio (qui a également développé l'excellente série des Viewtiful Joe) et édité par Capcom, ce portage Wii nous est offert par Ready at Down Studios, Clover Studio n'existant plus désormais. La version PS2 n'a déjà pas rencontré le succès escompté, faute de réelle campagne marketing du titre. Okami est cependant désigné par de nombreux magazines comme l'un des meilleurs jeux de la console, voire de toutes plateformes confondues. Lors de sa sortie sur Wii, on peut également voir les mêmes défauts qui subsistent, la publicité du jeu ne se faisant que via des tests du jeu dans des revues spécialisées. On aurait pu supposer que le jeu allait encore une fois peu se vendre. Il en fut cependant autrement, je suis allé me procurer Okami le lendemain de la sortie français, et j'ai eu le dernier exemplaire, sur le net des témoignages similaires se diffusaient : "stock épuisé/j'ai eu le dernier Okami". Visiblement l'engouement pour le remake Wii n'avait pas été anticipé... Parlons du jeu en lui-même, dès le générique d'ouverture nous sommes déjà plongés dans cette ambiance folklorique japonaise, qui sera présente pendant tout le jeu. En effet Okami est basé sur la mythologie shintoique, vous incarnerez Amaterasu, la déesse du soleil, sous la forme d'une louve blanche vous devrez repousser Orochi, un redoutable démon qui veut faire régner le chaos sur le monde. Afin de redonner des couleurs en ce monde ravagé par des démons de tous genres, vous serez accompagné d'Issun, un genre de luciole qui sera votre guide pendant l'aventure, vous aurez également en votre possession le Pinceau Céleste, qui est essentiel pour la progression dans le jeu et aussi pour glorifier votre rôle en tant que divinité. Le scénario est certes basique, la divinité doit anéantir le mal et aider des villageois, cependant il tranche entre des phases sombres (les terres où règnent le chaos, là où vous aurez des ennemis à affronter) et plus joyeuses (vous pourrez aider les villageois et les animaux). l'histoire est inspirée de la mythologie japonaise, néanmoins l'atmosphère n'en est pas plus solennelle, les interventions d'Issun prêtent souvent au sourire, les phases de dialogue cassent parfois le rythme, mais elles font partie d'un tout, souvent pour vous aider dans votre quête. Le jeu peut être très addictif, la preuve j'ai commencé à jouer vers 15 heures la première fois et 10 minutes plus tard il était 20 heures. En allant vite, le jeu doit se finir en probablement une trentaine d'heures de jeux, mais pour le finir à fond il faut bien compter une quinzaine d'heures en plus, ceci pour une seule partie bien sûr, car après vous pouvez recommencer le jeu avec divers bonus, de nouvelles apparences, vos objets et améliorations de votre partie finie, pour profiter pleinement d'Okami, recommencer une partie avec une Amaterasu boostée et destructrice est pratiquement incontournable. Ces mêmes dialogues sont intégralement traduits en français, mais illustrés par des voix assez étranges, qui ne veulent rien dire. Après de longs dialogues on n'a qu'une seule envie, baisser le son, car ces sons sont toujours les mêmes et ne sont pas agréables à entendre, mais après plusieurs heures de jeu, je dois dire que je n'y fais même plus attention, ça plonge un peu plus dans la dimension féérique du jeu plutôt que d'avoir simplement les voix françaises et nous permet de sortir de notre monde rationnel pour passer dans un monde de croyances. Passons à la bande-son plus en détail, celle-ci est tout simplement énorme, dans tous les sens du terme, cela va de simples musique d'ambiance qui nous font nous sentir calme, en harmonie avec la nature, d'autres comme celles des combats nous font ressentir qu'il y a un danger imminent, des sensations oppressantes. Toutes ces musiques collent parfaitement à l'univers qui a été créé, elles se retiennent assez facilement et sont en nombre très important, à savoir qu'au Japon le coffret comportant toutes les musiques du jeu contient en tout cinq CD, ce qui est tout de même beaucoup. l'aventure se situera aux abords du village de Kamiki au début du jeu, mais petit à petit vous explorerez un monde plus vaste et plus beau, car là où Okami fait fort, c'est bien sûr l'environnement. On ne peut pas dire que le jeu soit sublime sur le plan technique, d'ailleurs certains éléments, comme les arbres, son affichés en 2D et peu importe dans quel sens vous le regardez il sera pareil, alors c'est un défaut ? Eh bien personnellement je trouve que c'est plutôt une qualité, la fait d'avoir peu d'éléments modélisés en 3D permet un plus affichage de contenu à l'écran et nécessite moins de chargement. Comme dit plus haut, Okami se base avant tout sur la mythologie japonaise et le jeu ressemble justement à un tableau dans lequel vous pouvez agir, le maniement du pinceau est donc plus qu'approprié. Le jeu n'est donc pas graphiquement une prouesse technique, mais une prouesse visuelle, le jeu est coloré, vivant, les personnages importants sont charismatiques, le monde d'Okami est tout simplement un monde magique, rien que le fait d'y penser et d'essayer de vous le décrire me donne envie de le revisiter. Au niveau de la jouabilité, beaucoup de joueurs (d'Okami PS2 notamment) craignaient que les contrôles du pinceau à la Wiimote ne soient pas aussi précis que le stick d'une manette, ce qui pouvait être légitime vu que le nombre de jeux d'éditeurs-tiers exploitant correctement la Wiimote était assez faible. Pourtant, il n'en est rien, Okami est un jeu Wii, l'utilisation du pinceau est naturelle avec la manette de Nintendo, certains disent que l'on perd en précision, je trouve qu'il n'en est rien, il y a un bouton pour tracer comme on le souhaite et un autre pour tracer des droites, certes on perd en précision, le stick de la manette PS2 permettait un travail plus minutieux, mais la manette de la Wii donne un geste plus naturel, ainsi plus on trace lentement, plus le dessin risque de perdre son naturel, alors qu'en le dessinant à une vitesse normale (comme on le ferait réellement sur du papier) le dessin est sans bavure. Ce même pinceau dispose d'en tout 13 pouvoirs, au début vous n'avez accès qu'à celui d'Amaterasu, déesse du soleil, mais très rapidement d'autres pouvoirs vous seront attribués via des divinités qui prennent la forme d'animaux du zodiaque chinois. Ceux-ci vous permettront de résoudre différentes énigmes, d'aider des personnes ou d'achever vos adversaires suivant la situation. Agiter la Wiimote permet également à Amaterasu de donner un coup afin de casser divers vases ou sculptures afin de récupérer des objets qui vous seront utiles pour la suite du jeu. Toutefois, Okami ne se satisfait pas de cela, puisque notre chère louve blanche ne disposera pas que de ses griffes pour attaquer, mais également de plusieurs types d'armes : les épées, les miroirs et les rosaires, au nombre de cinq chacun, ces armes permettent différentes stratégies lors des combats et donc des expériences de gameplay différentes. Celles-ci étant renforcées par le fait que l'on peut équiper deux armes différentes, augmentant les possibilités, ainsi un miroir comme arme principale permettra d'attaquer alors qu'en arme secondaire il permettra de se défendre. Le seul défaut que l'on peut reprocher à cette version Wii ça serait la fin du jeu. La version PS2 disposait d'un sublime générique de fin, où défilaient les crédits du studio Clover, cependant comme je l'ai dit, le studio n'existe plus et malheureusement pour les possesseurs d'Okami Wii, le générique aussi n'existe plus, ce qui fit grandement polémique auprès des joueurs.

cover Okami wii

12 ans et plus Grossièreté de langage Violence
Date de sortie 12/06/2008
Editeur Capcom
Développeur Ready At Dawn Studios
Type(s) Action / Aventure
Supports physique
SpaceMonkey

Rang : geek

Messages : 907

Etant un amateur de culture (livres, films mais surtout de jeux vidéo) depuis mon enfance, j'essaie de partager ma passion pour l'univers vidéoludique à  travers Gamikaze (et ouai, c'est moi le webmaster). Ouvert à  la plupart des genres, j'ai quand même une grosse préférence pour les jeux d'actions : FPS, TPS, aventures etc.