Tests / Blue Reflection 13/20

Poster sur Twitter

Ecrit par Vysen le 26/09/2017 à 14:59

Koei revient cette année avec Blue Reflection, un nouveau JRPG tout fraichement débarqué. Le jeu est le petit dernier du projet "Beautiful Girls Festival" de Gust, qui comprend également Atelier Firis et Nights of Azure 2. Que vaut ce nouveau JRPG ?

Nous incarnons Hinako, une jeune fille brisée. Etant plus jeune, son rêve était de devenir danseuse de ballerine professionnelle, mais elle se blessa à la cheville et ses rêves s'envolèrent avec elle. Elle arrive dans un nouveau lycée, rencontrant par la même occasion une fille qui était dans la même école primaire qu'elle. Tout bascule quand elle s'aperçoit qu'elle a le pouvoir de rentrer dans l'esprit de ses camarades afin de résoudre leurs angoisses. Pour ce faire, Hinako est une magical girl : elle se transforme et revêt une robe avec un tutu à la sauce Sailor Moon, avec plusieurs capacités spéciales à la clé. Entraînée par ses copines magical girls Yuzu et Raimu, Hinako va poursuivre dans cette voie et pas pour rien, car son voeu le plus cher sera réalisé à l'issue de la confrontation contre les Genshu (entités démoniaques en guerre contre l'humanité). Le pitch ne casse pas trois pattes à un canard, mais il a le mérite de s'assumer. On incarne Hinako dans le monde réel, c'est à dire dans son Lycée, en quête d'autres filles à "guérir" mentalement. Et nous incarnons notre héroine dans le monde spirituel nommé "Comon", monde crée de l'inconscient collectif de toutes les filles "malades". Ici donc, le jeu vous demandera de vaincre plusieurs ennemis du même type, ou de récupérer quelques fragments ici et là sur des cartes plutôt étroites qui ressemblent pas mal à des couloirs. Blue Reflection est un JRPG au tour par tour, avec timeline sur laquelle l'ordre d'action des personnages et des monstres évolue en temps réel. Les combats ont trois paramètres : PV (Points de vie), PM (Points de magie) et Ether. Si les deux premiers sont bien connus, l'Ether est la grande particularité de Blue Reflection car il est source de tout un tas d'avantages. Par exemple, l'Overdrive permet à une des trois filles de lancer plusieurs techniques ou sorts en un seul même tour, en échange d'une bonne quantité d'Ether, une vraie bonne idée ! En faisant de petites quêtes secondaires, vous allez pouvoir récupérer des fragments. Les fragments ont bien évidement leurs utilités puisqu'ils peuvent être équipés sur une capacité pour en maximiser les effets, comme par exemple renforcer les soins, absorber des PV/PM ou décupler la puissance d'attaque quand le niveau d'Ether atteint un certain seuil supérieur à 30%. Ces fragments fonctionnent comme les capacités passives des Atelier du même développeur, et permettent de constituer une stratégie globale assez poussée, n'en reste quand même bien moins complexe que dans l'autre série de Gust. Mais l'innovation la plus intéressante de Blue Reflection est sans conteste l'Active Command. Entre les tours, vous aurez à chaque fois 1 ou 2 secondes pour appuyer sur la croix de direction, les différents sens entraînant divers effets. En restant appuyé, vous aller pouvoir booster la défense, la vitesse ou soigner vos personnages mais en revanche, votre niveau d'Ether descendra considérablement. La gestion de l'Ether est donc primordiale et il faudra souvent garder une des filles en défense pour faire monter celui-ci. Etant donné sa rapidité, ce système embarque un bon dynamisme et s'intègre remarquablement bien aux combats de boss, il va falloir gérer ce système ce qui apporte une profondeur au titre. Comme un Persona, Blue Reflection contient un grand nombre de personnages secondaires, et comme dans Persona, Hinako pourra les inviter à papoter ou à sortir en ville. Toutes ont un niveau d'amitié à faire grimper qui dépend assez grandement des réponses que vous donnez. On pourra tout de même remarquer que les filles du lycée n'ont pas toutes un grand charisme, hélas. Les boss, parce que oui, il faut en parler. C'est un gros point fort de Blue Reflection, car les combats sont hyper bien fichus. Lors de certaines étapes importantes de l'histoire, les boss Genshu s'avanceront sans sommations vers l'école afin de la détruire. La créature avance concrètement durant le combat, et si elle atteint votre ligne de défense, c'est game over. Et à mesure que la menace se rapproche, la musique change ainsi que l'expression des personnages. La mise en scène ici est parfaitement maitrisée, et plus particulièrement lors des cinématiques, juste après qu'Hinako donne le coup de grâce au cours d'une petite scène plutôt bien stylée. Ces moments-là sont visuellement beaux, mais il y a un mais. Ces combats sont plutôt longs et complexes, car le boss a plusieurs parties qui se régénèrent assez rapidement, il faut donc bien veiller à les détruire régulièrement car forcément, elles vous attaquent elles aussi. Malgré cette réussite, les combats restent assez simples mais néanmoins complexes. Le mode difficile est présent pour hausser la difficulté, mais ce mode ne résistera pas vraiment au joueur expérimenté du genre, et surtout à celui qui aura su maîtrisé le fonctionnement des fragments et de l'Active Command. Blue Reflection laisse quand même sur une certaine faim au niveau du gameplay, l'expérience est surtout avachi par la complétion des quêtes et non par les combats, et des affrontements dans le Comon qui sont vite redondants. L'aspect graphique est joli sur Playstation 4, Blue Reflection est plutôt correct dans l'ensemble au niveau de l'aspect graphique. Nous avons a pu remarquer des baisses de framerates de temps à autres, ça n'influe pas sur le gameplay et tant mieux, mais on aurait aimé du 30FPS constant. Petite note toutefois : le jeu a été testé sur une Playstation 4 normale et non une Playstation 4 pro.

cover Blue Reflection ps4

12 ans et plus Violence
Date de sortie 29/09/2017
Editeur Koch Media
Développeur Koei Tecmo
Type(s) RPG
Supports physique
Vysen

Rang : no-life

Messages : 1649

Baignant dans l'univers du jeu vidéo depuis tout petit, le cinéma, la culture Japonaise ainsi que les mangas et animes, la passion s'est toujours étendue depuis toutes ces années et continue de s'agrandir ! Plutôt axé RPG, J-RPG, Jeux de baston, Arcade et FPS. I need coffee.