Gamikaze
Gamikaze

Test : Project CARS 2

Jaquette

3 ans et plus


Sortie : 22 Septembre 2017

Optimisé Xbox One X
Saga : Project Cars
Développeur : Slightly Mad Studios
Editeur : Bandai Namco

Type : Course

Support : Blu-Ray

Deux ans et demi après sa création, Project Cars revient avec un deuxième épisode qui doit être celui de la confirmation. Malgré quelques défauts compréhensibles dans le premier opus le jeu de Slightly Mad Studios a démontré un vrai potentiel. Très axé simulation, le titre va tenter de venir chatouiller les concurrents de la catégorie.

Image
On reçoit parfois des consignes dans l'oreillette
Et quoi de mieux pour attirer les joueurs que de leur proposer tout un catalogue de voiture et de circuit... tout de suite, sans même avoir à gagner une course ? Le titre marche donc dans les pas de son aîné et se démarque ainsi de la concurrence sans que ça impact le côté compétitif du titre. On ne vous oblige pas à passer par la case entraînement, course avec des voitures de débutant. Vous pouvez faire le choix de directement envoyé l'artillerie lourde en choisissant l'un des nombreux véhicule du jeu.A ce titre, il est tout de suite nécessaire de noter que le nombre de voiture présent sur le jeu a clairement augmenté et on dispose d'un garage plus fournit avec 186 bolides au total. Pour vous donner un ordre d'idée c'est une centaine de plus que le premier titre alors que la soixantaine de circuit double le total de ce dernier. Si vous achetez le jeu et que vous voulez vous tester entre pote vous pourrez donc directement vous donner à fond sans passer la par la case déblocage de caisse à gogo pour avoir les gros bolides dans deux semaines. Cependant il y a un seul hic à tout ça, la difficulté du gameplay et l'axe très simulation aurait peut être nécessité un entraînement coaché pour faire progresser les joueurs avant de les faire passer sur les grosses montures. Je suis pas un obsédé du tuto mais lorsque l'on fait le choix de proposer un gameplay de ce genre je pense que ça serait utile de pouvoir indiquer un début d'indice aux joueurs pour maîtriser le gameplay du jeu. Comme le veut la tradition de la plupart des jeux de sport, on retrouve la présence d'un mode carrière qui vient attirer l'oeil de chaque habitué. Malheureusement, on se rend vite compte que le mode est plutôt minimaliste et ne remplit pas forcément ce que l'on attend généralement d'une carrière. Il souffre d'une certaine banalité et aurait mérité d'être plus approfondit pour proposer une expérience de jeu vraiment complète. Le menu du mode symbolise à lui tout seul cette pauvreté avec quelques e mails, du classement et du calendrier pour être plus classique que jamais. Vous commencez par crée votre pilote pour ensuite décider de choisir vers quel type de championnat vous voulez aller. Au total, c'est près d'une trentaine de championnat qui sont disponible, avec le tout qui est répartit dans 6 groupes distincts. Cependant contrairement aux véhicules et aux circuits du jeu les groupes ne seront pas tous immédiatement accessibles et il faudra les débloquer. Pour ça, vous devrez à chaque fois remporter un championnat du groupe inférieur et ainsi de suite pour réussir à terminer ce mode carrière.
Image
Le quotidien dans le nord.
Une fois qu'on a fait le tour de ce dernier il reste une multitude d'option pour créer des courses à sa guise. D'ailleurs, que ce soit en mode carrière ou dans les autres modes vous pouvez personnaliser les courses pour les rendre plus ou moins longues. En carrière, vous pouvez aussi choisir le chemin des essais libres et des qualifications ou bien choisir de vous en passer pour directement en découdre. Vous pouvez aussi créer vos propres challenge avec une grande liberté au niveau du paramétrage de la compétition, idéal pour se créer des compétitions faites maison et ne pas avoir son élan brisé par un circuit prit en grippe. On peut également noter la diversité présente parmi toutes les catégories de véhicule. Du karting à des championnats qui ne concernent que certains modèles de voitures en passant par les rallycross qui font leur apparitions cette année. Disponible sur terre, on retrouve une autre nouveauté avec les courses sur glaces qui débarquent avec quelques épreuves qui se disputeront sur le deux supports. Vous l'aurez comprit votre carrière de pilote vous offrira au moins l'occasion de varier les plaisirs. Enfin, outre le défi de débloquer tous les championnats vous aurez des contrats que vous devrez remplir pour suivre une ascension linéaire sans réelle intensité. Vous voguez de team en team sans réel objectif et le tout apparaît plutôt pauvre. Ce n'est clairement pas sur ce mode que les développeurs ont misé mais lorsque l'on veut concurrencer des monstres du milieu comme Forza ou Gran Turismo il faut se montrer complet sur tous les plans pour tirer son épingle du jeu. Pour ce qui est du ressenti une fois la manette en main la grande question réside dans le fait de savoir si Project CARS 2 contre la route de la licence dans le même chemin ou pas. Très axé sur la simulation le titre avait su séduire une communauté de joueurs exigeant réclamant de la difficulté, et donc un gros degré de réalisme. Autant vous prévenir tout de suite : mieux vaut éviter de commettre de grosses fautes sous peine d'être immédiatement sanctionné au classement. Vous devrez faire preuve d'une concentration de tous les instants pour prendre en compte la trajectoire, la distance de freinage et la réaccélaration seront des paramètres que vous devrez savoir gérer. Grâce aux petites gachettes, vous pourrez réduire ou augmenter la vitesse séléctionné par votre embrayage pour tenter de prendre tous les virages dans les meilleurs conditions possibles. Une fois que vous commencerez à prendre la main il faudra vous adapter à d'autre faits de course. A titre d'exemple, on ressent clairement une différence de prise en main sur le revêtement du circuit sur lequel vous êtes. Du coup, lorsque vous changez de terrains en pleine course il faut faire preuve d'adaptation pour ne pas perdre les pédales. La météo elle aussi peut varier selon les courses pour modifier les conditions de jeu. Cela vous obligera encore une fois à prendre des détails en compte en plus pour ne pas vous faire piéger par une ciel pluvieux qui va venir tremper la piste. Vous l'avez comprit, on reste dans la lignée de l'épisode précédent avec un gameplay exigeant et clairement orienté vers les amateurs de réalisme et de challenge. Un choix assumé et plutôt bien réalisé sauf à quelques exceptions. Autant vous dire que certains vont adorer quand d'autres pourraient facilement rage quit suite à une énième course avortée à cause d'une sortie piste de trop.
Image
Graphiquement, le titre ne progresse pas.
Si vous faites partis de cette catégorie de joueurs vous serez heureux d'apprendre que oui, on reste dans les mêmes dispositions qu'avec le premier opus. Plus tôt, je vous parlais de l'arrivée du rally cross. Loin de moi l'idée de jouer la victime par rapport au titre mais pour le coup la difficulté est peut être un peu trop extrême. Ce mode est l'exemple parfait du titre qui ne doit pas confondre une difficulté réaliste avec une difficulté qui va venir rendre le tout presque caricatural. La perte de grip est trop sensible et peut vous ruiner une course très rapidement. On sent encore un peu d'hésitation dans la démarche ce qui vient un peu gâcher la nouveauté pour ne pas nous emballer complètement. Pour la glace, le résultat est similaire avec une bonne dose de difficulté pour maîtriser ces patinoires aux couloirs étroits. Si certains d'entre vous ont joué au premier titre de la saga, vous avez peut être un mauvais souvenir concernant l'I.A mise en place. Désolé si je vous rappelle des mauvais souvenirs, mais malheureusement vous risquez de refaire quelques petits cauchemar. Si elle est moins mauvaise que pour le premier opus, la conduite schyzophrénique de vos adversaire peut vous jouer des tours si vous avez le malheur d'être en travers de la route d'un opposant. Parfois « normaux », il arrive que vos adversaires deviennent d'un coup agressif, à croire que vous roulez contre Bruce Banner. Au niveau des défauts corrigés, les menus capricieux du premier épisode ont été remplacés par un nouveau design beaucoup plus ergonomique. C'est des petits détails, mais ça fait toujours du bien quand les bases sont bien réalisées. Pour ce qui est des graphismes le titre s'est amélioré ? Empiré ? Ni l'un, ni l'autre bizarrement. Le titre a stagné et peut paraître un peu plus vieillot car deux ans et demi ont passé. Le jeu est loin d'être moche mais que ce soit au niveau des décors ou des bolides, rien de tout cela n'est époustouflant. On a l'impression de se retrouver devant un jeu qui date d'il y a un ou deux ans et qui n'exploitent pas complètement les possibilités des consoles que l'on nous propose aujourd'hui. Pire, on assiste parfois à quelques petites chutes de framerate qui viennent ternir la prestation finale du jeu. Cependant, on peut noté l'idée vraiment bien sentie des saisons qui ont été prit en compte par les développeurs. A titre d'exemple les arbres seront plus ou moins verdoyant selon les saisons. C'est peut être pas grand chose, mais quand on a tendance à faire et refaire les circuits d'un jeu de course un peu de variété visuelle est la bienvenue !

Notes

Gameplay

16 / 20
Avec une orientation clair prise sur la simulation, il va falloir être patient pour pouvoir maîtriser les différents type de véhicules et de routes. On ne vous pas de cadeau et il faudra patienter quelques courses avant de prendre la main.

Graphismes

14 / 20
Pas de gros progrès à ce niveau là ce qui est assez décevant. Deux ans et demi après la sortie de son aîné, on pouvait s'attendre à un vrai lifting qui n'a pas eu lieu.

Bande son

17 / 20
C 'est l'un des points du jeux incontestablement réussit. Le bruit des moteurs et de tous l'environnement est parfaitement retranscrit pour renforcer encore un peu notre immersion dans les courses.

Scénario

10 / 20
C'est l'un des points faibles du titres. Le mode carrière a été un peu plus développé mais le tout manque de profondeur. On suit un enchaînement de course mais on ne se prend pas de passion pour notre aventure dans le monde automobile. Dommage.

Durée de vie

16 / 20
Le titre s'enrichit de plus d'option et de mode de jeu plus profond. Incontestablement vous pourrez passer des heures sur le jeu avant de réussir à remporter tous les championnats. D'autant plus que vu la communauté qui se créera autour du jeu, le défi des meilleurs temps sur les circuits risquent d'occuper pas mal de monde.

Conclusion

16 / 20
Incontestablement le titre progresse sur plusieurs point comparé au premier opus. On retrouve plus de véhicule et de contenu même si le tout n'est pas parfait. En effet, certaines nouveautés sont pas bluffante et le jeu reste toujours perfectible sur un bon nombre de point. Heureusement, un gameplay très orienté vers la simulation, parfois peut être trop, permettra au titre de garder une communauté de pilote exigeant et amateur de défi.

Ecrit par Shopa le 13/10/2017 à 04h01

Avatar Hugo Geib shopa@gamikaze.com Biographie : Hey les baltringues qui n'ont rien d'autre à foutre que de visiter mon profil ! Moi c'est Shopa, Yougz, ou votre altesse comme vous voulez. Grand amateur de RPG, je suis de ceux fascinés par les jeux qui ont une réelle profondeur, à la limite du philosophique. Sinon je kiff aussi les jeux de sports, d'actions, les TPS, bref tout un programme ! J'essaye d'être drôle parfois, mais je réussis rarement. Need level up.

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire