Gamikaze
Gamikaze

Test : Neo ATLAS 1469

Jaquette

3 ans et plus


Sortie : 12 Avril 2019

Développeur : Artdink
Editeur : Arc System Works

Type : Gestion /Simulation

Support : Game card

Arc System Works, le studio à qui l'on doit la série de jeu BlazBlue, décide de changer de registre et remet à jour Neo ATLAS 1469 exclusivement sur Nintendo Switch. Paru sur PC en février 2017, on se demande si il est question d'un simple portage ou plutôt d'une édition comprenant des nouveautés inédites. Retrouvez ci-dessous notre avis plus détaillé sur la question.

Image
Les trois montagnes !
Comme son titre l'indique, l'histoire se situe temporellement en 1469 au Portugal précisément, pour ceux qui l'ignorent, il s'agit de l’année de naissance de Vasco De Gama le célèbre navigateur portugais. L'occasion de découvrir l’apogée des grandes découvertes continental engendrant du commerce entre les pays. Se présentant comme un jeu de Gestion/Simulation, on débute notre exploration dans la peau de Francisco Peres, un commerçant à la tête de la compagnie portugaise des Indes. Vous pourrez compter sur l'aide de votre conseiller nommé Miguel pour vous guider à travers un tutoriel assez long (et tout au long de l'aventure d'ailleurs) dans le but de prendre en main toutes les fonctionnalités et comprendre les mécanismes. En premier lieu la carte du monde n’est pas entièrement détaillée, vous ne disposerez que des frontières de l’Europe, du Proche Orient et du Maghreb. Votre objectif est clair, il s'agit de trouvez le territoire de Zipangu (le Japon) en 30 ans maximum. Pour financer vos voyages, il vous sera nécessaire de chercher des ressources et des nouveaux territoires présents sur la carte connue. Ces derniers se présentent sous forme de coffres aux trésors, une fois ouverts ont y retrouve des découvertes telles que les pyramides d’Égypte ou encore des livres historiques. D'ailleurs oour y parvenir, balayez simplement la carte du monde (déjà connue) à l’aide des joysticks. Excepté la mobilité apportée par la Nintendo Switch, on note aucune autre fonctionnalité innovante à cette édition. Une fois que vous avez trouvé les matières premières produites par les autres pays, la phase de commerce peut commencer. Désormais vous allez pratiquer des échanges avec les autres continents et choisir vos marchandises avec le plus grand soin en analysant celles qui vous rapporteront le plus d'argent. Par exemple, le café rapporte beaucoup plus de bénéfices que du raisin ou encore que le sel. Ces matières peuvent même s’additionner pour créer de nouvelles choses, on pense notamment au troc de rubis contre des anneaux qui permettent de fabriquer des bijoux. On retrouve là une partie de l'aspect Gestion/Simulation et on prend plaisir à marchander aux quatre coins du globe.
Image
Jolie découverte !
Votre argent se dépense assez rapidement car il vous faudra constituer plusieurs flottes, mais sachez qu'il est quasi impossible de finir à sec, on doit ça au Roi du Portugal qui nous fait signer quelques traités permettant d'acheter des vaisseaux. D'ailleurs concernant les navires on retrouve des caravelles ou des galères, certains sont faits pour les affrontements (Puissance de feu élevée face aux pirates) et d’autres pour le commerce (Grande capacité de stockage de marchandises). Il vous sera également possible d'engager jusqu’à six amiraux possédant chacun leur propre personnalité. Ces derniers devront être payés d'un salaire et bénéficieront aussi d'un pourcentage sur nos gains de découverte. Le point fort ainsi que tout l’intérêt du titre réside dans la création du monde selon vos désirs. En effet, lorsqu’un amiral revient d’exploration, il va rédiger un rapport sur ses récentes découvertes. Si le joueur valide, la map s'adapte en fonction du rapport de l'amiral. En revanche, si le joueur refuse il est nécessaire de retourner en exploration pour espérer un nouveau rapport plus intéressant. Le titre n'est pas vraiment agréable visuellement d'un point de vue général, notamment en ce qui concerne les petits anges grassouillets visibles en permanence. Vous l'aurez compris, le titre souffre d'une direction artistique totalement plate avec des environnements vides et des textures simplistes. Ceci dit, les portraits des personnages (en particulier les amiraux) sont bien illustrés, on sent un effort de la part des développeurs. Autre bémol important à préciser, l'absence de traduction française qui peut causer un problème au joueurs non-anglophone, notamment pour les plus jeunes qui ne possèdent pas encore assez de notions dans la langue de Shakespeare. La bande-son propose un concept qui se montre innovant puisque le joueur a la possibilité de débloquer différents types de sonorités (asiatique, africaine, etc...) en fonction des pays découverts, ce qui permet de ne pas tomber dans une routine musicale. On apprécie chaque nouvelle partie car le monde se redessine aléatoirement, de quoi procurer une expérience différente en permanence.
Image Image Image Image Image

Notes

Gameplay

13 / 20
La prise en main se fait assez rapidement grâce à un didacticiel bien détaillé,bien que ce dernier soit tout de même relativement long. On regrette que l'aspect gestion soit uniquement basé sur les échanges commerciaux, ce qui ne va pas plaire à tout le monde. Le titre paraît simpliste, mais il se révèle légèrement plus complexe lors de transactions spéciales qui permettent de créer de nouvelles marchandises. L'exploration des terres inconnues éveillent notre curiosité, mais le titre se montre assez lent dans son ensemble, particulièrement au niveau des expéditions qui engendrent peu d'Exp.

Graphismes

7 / 20
La direction artistique n'est clairement pas au point, excepté pour les amiraux qui sont bien illustrés. Les décors des cartes son vides en général et les textures affichées laissent à désirer. Exceptée la vidéo d'introduction, aucune cinématique n'est visible ! Le tout est beaucoup trop simpliste et souffre d'une direction artistique vraiment particulière.

Bande son

13 / 20
Un concept original permet aux joueurs de débloquer différents types de thèmes musicaux selon les pays découverts (africaine, asiatique et plus encore). Malheureusement ce n'est pas le cas des bruitages et des divers autres sons qui n'ont rien d’exceptionnels, de plus le jeu est dénué de doublage audio.

Scénario

14 / 20
L'histoire tient bien la route et les personnages sont assez charismatiques, de plus chacun possède des traits de caractère attachant qui leurs son propre. On regrette tout de même les intrusions de Miguel qui vous harcèle sans cesse avec des phrases qui son parfois inintéressantes. Cela ne nous empêche pourtant pas d'apprécier grandement le coté historique que les développeurs ont voulu nous faire revivre dans ce titre, tel que Vasco De Gama et ses découvertes.

Durée de vie

12 / 20
Étant donné que ce titre vous propose une nouvelle carte générée aléatoirement à chaque début de partie, l’espérance de vie se voit rallongée, mais encore faut-il ne pas se lasser. En premier lieu à cause de son gameplay qui peut parfois se montrer un peu répétitif sur les manœuvres mais aussi à cause des fonctionnalités trop simplistes en ce qui concerne le genre gestion.

Conclusion

12 / 20
Neo ATLAS 1469 se présente tel un jeu de Gestion/Simulation et ce dernier tient le cap. Dommage qu'aucune nouvelle fonctionnalité n'est à signaler dans cette édition Nintendo Switch. D'ailleurs on regrette également fortement le manque de traduction française. Néanmoins, Grâce à son concept original, l'expérience est différente en fonction de la partie. Il est tout de même important de préciser qu'il n’y a ni territoire à conquérir, ni civilisation à affronter, mais simplement une exploration poussée pour tous les amateurs de géographie.

Ecrit par Viko le 05/04/2019 à 21h07

Avatar Victorien Naegelin victorien.naegelin@gamikaze.com Biographie : Fan de jeux vidéo depuis mon enfance, je vous mets au défi :P ! Mon Gamertag c'est JAH-Ovivi ;)

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire