Gamikaze
Flux RSS Facebook Page Twitter Page Youtube Page Gamikaze

Test : Injustice : Les Dieux sont Parmi Nous

Jaquette

16 ans et plus Grossièreté de langage Violence


Sortie : 19 Avril 2013

Site officiel
Saga : Injustice
Développeur : NetherRealm Studios
Editeur : Warner Interactive

Type : Combat

Support : Blu-Ray

Le studio de Mortal Kombat s'attaque de nouveau aux super-héros de l'univers DC Comics. A-t-il finalement renouvelé sa copie pour proposer un titre plus palpitant que son cross-over ? Réponse dans ce test.

Image
Superman is watching you
Ed Boon c'est avant tout le maître, le créateur, le papa de la série phare Mortal Kombat. Ce jeu de combat sanguinolent sorti dans les années 90 en arcade mettant en avant des combattants pouvant arracher et exécuter son adversaire à la fin du round. L'équipe de Netherrealm avait apporté un cross-over entre son univers et celui de DC en 2008, mais force est de constater que le titre n'était pas à la hauteur des anciens opus de la série. C'est alors, après le franc succès du dernier Mortal Kombat , que Ed Boon et son équipe se lancèrent dans un tout autre projet. Bien à l'opposé de leur bébé, ils s'attaquent aujourd'hui aux super-héros de l'univers DC comics, chose au préalable crée sans avoir été une franche réussite. Voici alors la naissance d'Injustice : Les Dieux sont Parmi Nous et non pas "par minou" qui avouez le est une bien piètre plaisanterie. Le pitch, Superman furieux instaure un régime totalitaire sur le monde entier suite à la perte de sa bien aimé Lois et de la ville Metropolis. Le Joker, auteur de ce canular sordide, génère en Clark une colère telle qu'il assassine de sang froid ce clown sous les yeux de la chauve-souris milliardaire. Batman, non soumis ç cette soumission, décide de créer l'insurrection afin de déjouer la domination de Superman. Voilà en somme le cadre qu'instaure Injustice, sans vous en dévoiler trop sachez que comme dans chaque BD américaine vous serez confronté à deux mondes différents, ce qui explique l'esthétisme de certains personnages. Et dès le début l'idée et la sensation qui s'en dégage pousse à dire que ce titre ressemble et emprunte beaucoup au dernier Mortal Kombat sur sa mise en scène. Bien évidemment cela se ressent, car il ne faut pas oublier que mine de rien la team Ed Boon est aux commande du projet.
Image
Le larcin, c'est sexy et très classe.
Le titre dévoile au travers du principal mode, celui de l'histoire, ceux pourquoi et comment nos héros en sont venus jusqu'à se foutre sur la gueule. Dès le début il y a une réelle inégalité graphique. Les cinématiques sont de piètre qualité, l'on viendrait à se dire comment créer de telles animations de nos jours. Rassurez-vous amis de la pampa, car dès le combat annoncé les décors et protagonistes dévoilent enfin leurs vraies natures. Techniquement le titre offre un très beau rendu visuel accentué surtout via l'interactivité des décors qui sont variables selon ce qui se passe à l'écran. Tous les niveaux ont une animation vraiment unique. La Batcave, par exemple à chaque projection des héros, verra ses capsules d'uniformes se fendre. L'asile d'Arkham tombera en ruine, la ruelle de Gotham City verra ses poubelles et panneaux publicitaires virevoltais. Beaucoup de clins d'il ont été réalisés via l'équipe ce qui alimente le côté fan service et pour un amateur de comics c'est un vrai régal. Une animation très importante puisqu'elle apporte dynamisme et vivifie surtout les puissants coups des héros. Mais l'interactivité des décors va au delà d'une simple animation à l'écran. Il sera, pendant le combat, possible de pouvoir interagir avec les éléments du décor afin de pouvoir user de ces derniers. Poubelle, missile, projecteur ou bien encore tuyau d'aération, les éléments sont nombreux et divers. Pour finir, il sera aussi possible de faire valser l'adversaire vers une autre arène parallèle, appelés transitions. Ces dernières, adoptées surtout dans la série des Dead or Alive , sont un moyen efficace de pouvoir reprendre le dessus durant un combat ou vous pourriez vous sentir en difficulté. Les dommages varient en fonction des décors traversés. L'interactivité apporte en somme une pointe de subtilité et de stratégie au gameplay. Les super-héros et vilains sont dotés des mêmes traitements de faveur graphique. Charismatiques à souhait, leurs états et costumes se dégradent selon les coups reçus. Ainsi un Batman souvent blessé à la tête verra une de ses oreilles pointues se tordre, option figurante auparavant sur Mortal Kombat vs DC Universe.
Image
Ça claque dans ta face.
Mais qu'en est-il réellement du gameplay à Injustice offre une combinaison hybride, une sorte de carrefour de différents jeux de combat. Proposant une prise en main rapide avec à la clé coups spéciaux, combos, super coups et atout de personnage. Si la movelist se limite souvent à quatre, cinq gadgets, la subtilité du titre comme tout jeu de combat réside surtout dans la création des enchaînements. Empruntant différents éléments, injustice propose plusieurs options afin de varier et dynamiser son style. A commencer par la possibilité de réaliser des combos juggles (combo jonglage en français) dont le but étant de maximiser les dégâts tout en profitant de la faiblesse de l'adversaire en l'air. Il sera possible, tout comme Street Fighter IV, d'effectuer des quarts de cercles pour pouvoir sortir ses coups au lieu des principes de base facilitant la prise en main au stick arcade. Possibilité d'interrompre l"enchaînement de votre assaillant ou du votre dans le but d'utiliser une toute autre combinaison, réaliser une transition, absorber l'impact du coup porté, renforcer vos coups spéciaux avec votre jauge ou bien faire un combo-breaker. Toutes ces possibilités seront possibles uniquement via la barre de jauge, qui augmente à chaque utilisation de coups spéciaux. Mais l'une des nouveautés qu'apporte Injustice est sans nul doute le choc, une sorte de combo-breaker. A usage unique et réalisable une fois la deuxième jauge d'énergie entamée, il sera alors possible de déclencher un Choc. Ce dernier a une fonction double, le premier est qu'il interrompt directement l'enchaînement de l'adversaire. Une fois enclenché, les deux personnages se lanceront une réplique cocasse selon leurs affinités et il faudra faire une mise. Chacun devra mettre en jeu une partie, la totalité ou bien encore absolument rien de sa barre de jauge spéciale. Deux cas de figure, si l'utilisateur du Choc gagne la mise, il récupère de la santé. Or, si l'adversaire gagne cette mise il infligera plus de dégâts.
Image
Un petit air de Deadpool non ?
Une gestion de sa jauge qu'il faudra utiliser à bon escient soit pour le renforcement des coups spéciaux, super coups, esquives ou bien encore son choc. Une stratégie qui viendra avec le temps et selon le gameplay de chacun, car Injustice avec son casting de 24 personnages met en avant différentes personnalités uniques. Aucuns personnages ne se ressemblent et chacun possède son propre style de combat. Ainsi un même Batman n'optera pas la même stratégie devant un Superman, un Salomon Grundy ou bien encore le Joker. Proposant une vingtaine de mode Arcade solo, vraiment différents des uns et des autres, allant du mode normal en passant par les modes match mystère, match de combo, d'handicap ou bien encore de survie. Nul doute qu'Injustice favorise aussi bien le jeu solo que le mode online. Les aficionados de l'entrainement pourront via ces différents modes, déblocables par la suite, construire leur style de jeu et combos frénétiques. Car Injustice se veut être un titre qui se joue sur la durée et non pendant une courte période pour ensuite être rangé dans sa ludothéque. En effet, les créateurs ont émis le souhait de voir leur produit partager la sellette de l'e-sport au côté de Street Fighter IV, Tekken ou bien encore Dead or Alive . Et cette envie se sent au travers du riche gameplay. Le titre rallonge la durée de vie via son levelling qui offrira au plus frénétique et valeureux différents bonus et cartes. Sorte de monnaie d'échange du jeu, elles s'échangeront dans les archives contre différents contenus déblocables tout comme dans la krypte de Mortal Kombat . Le mode Star Labs, toujours en solo, offre plus de 200 missions, chaque personnage en possédant 10. Il ne faut pas y voir uniquement qu'une succession de combats, mais bien aussi des minis-jeux scénarisant une pseudo trame du héro ou vilain. Les étoiles, au nombre total de trois par mission, donnerons accès à de nouvelles aventures. Concernant le multi tout laisse a pensé qu'il sera plus optimisé que celui de Mortal Kombat avec différentes options interactives entre les joueurs. Cependant il est important de noter que certains personnages peuvent s'octroyer le luxe de faire certains combos infinies, comme Flash, ce qui pourraient très vite faire désenchanter les fans du online. Qu'ils se rassurent le studio devrait apporter correction à ce problème, du moins on l'espère. Après un excellent Mortal Kombat , voilà une très bonne initiative de la part de netherRealm studios d'offrir un jeu de combat mettant en scène les super-héros ainsi que leurs vilains dans un univers interactif. Doté d'une bonne réalisation et empruntant un gameplay aux différents titres du genre, nul doute qu'il trouvera son public auprès des amateurs et fans de super collants. Un titre qui n'aura pas trop de mal à s'imposer dans l'e-sport aux côtés de Tekken ou Dead or Alive.

Notes

Gameplay

17 / 20
Une sorte de rendez-vous des genres, la jouabilité est très facile à prendre en main et intuitive. Comme tout jeu de combat la subtilité résidera dans la manière de créer ses propres enchainements, gestion de la jauge de spéciale et techniques afin de prendre le dessus. Les transitions, interactivités et atouts des personnages sont vraiment des éléments à prendre en considération pour pouvoir adopter une stratégie.

Graphismes

15 / 20
Sans être spectaculaire le titre reste correct sur le premier plan. Inégale dans les cinématiques du mode story tout comme dans la dégradation des costumes. Entrevoir la chair sanglante d'un héro apparaîtra pour certains comme faute de gout ou de beaucoup trop. Un travail moindre sur le background qui, même s'il reste très interactif et remplit de détails, manque de finitions et textures par rapport aux protagonistes.

Bande son

14 / 20
Les thèmes sont entraînants, mais force est de constater que le doublage français n'est pas à la hauteur de la version américaine. Il faudra changer la région de votre console pour pouvoir bénéficier de la VO et apprécier le titre à sa juste valeur sans pour autant dégrader la compréhension de la trame.

Scénario

13 / 20
L'idée de faire passer Superman pour le super vilain est une vision assez intéressante, qui plus est bien réelle dans les comics. Cependant le soufflé ne prend pas tellement et retombe assez vite pour finalement laisser un gout assez amer. Cependant est-ce vraiment ce que les joueurs recherchent dans ce genre ?

Durée de vie

17 / 20
Proposant une vingtaine de mode solo, 240 missions en star labs, la gestion de son personnage ainsi que du contenu déblocable, nul doute qu'Injustice vous tiendra de bonnes soirées. Ajoutez à cela le multi local/online et vous obtiendrez une durée gigantesque.

Conclusion

16 / 20
Injustice est une vraie bonne réussite et un produit de qualité. Le studio de Mortal Kombat montre qu'il peut aussi exceller dans le non violent avec à l'écran des tonnes d'hémoglobines. Proposant un gameplay riche, bourré de subtilité, une réalisation dynamique et des personnages uniques et charismatiques, nul doute qu'il trouvera très vite son public. Un jeu dans la durée puisque nombreux DLC sont annoncés par le studio, dont 4 nouveaux personnages et de nombreux skins. Un avenir potentiellement radieux et accessible sur la scène de l'e-sport aux côtés des ténors du genre.

Ecrit par Mussino le 19/04/2013 à 00h00

Avatar cyberyashiro@msn.com Biographie :

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire