Gamikaze
Gamikaze

Test : Dead or Alive 6

Jaquette

16 ans et plus Violence


Sortie : 1 Mars 2019

Saga : Dead or Alive
Développeur : Team Ninja
Editeur : Koei Tecmo

Type : Combat

Support : Blu-Ray

Les studios Koei Tecmo et Team Ninja s'associent une fois de plus pour rajouter un nouvel opus à la saga Dead or Alive. Un sixième opus qui apparait 7 ans après son aîné, soit largement le temps de faire monter l'impatience chez les joueurs. Dead or Alive 6 à donc la lourde tâche de moderniser son gameplay tout en satisfaisant les puristes de la série, mission accompli ? Nous allons vérifier cela ensemble.

Image
On entre dans l'arène !
Pour ceux qui ne connaissent pas la franchise Dead or Alive, sachez qu'elle se démarque grâce à deux choses. Un sex-appeal prononcé pour les combattantes et surtout un gameplay bien pensé à base de coups de poing, coups de pied, projections ainsi qu'un système de contre permettant d'anticiper une attaque de l'adversaire. Voila maintenant 4 ans que Dead or Alive 5 : Last Round est sorti sur Playstation 4 (définitive édition de Dead or Alive 5 paru en 2012) et de nombreux jeux de combats sont maintenant présents, comment les développeurs ont-ils modernisé la formule ? Tout d'abord en changeant l’apparence particulièrement suggestives des personnages féminins qui comme vous le savez peut-être avaient de très belles formes (souvent disproportionnées) en plus d'être mise en avant (certaines tenues restent suggestives mais cela reste bien plus correct que dans le passé). En effet, on remarque tout de suite que Kasumi à mûrie et affiche maintenant une allure de guerrière aux courbes plus réalistes. D'ailleurs, Team Ninja à fait du bon boulot en ce qui concerne la modélisation des personnages et des décors. Après les effets de transpiration qui ont fait leurs apparition dans le volet précédent, on remarque cette fois que les coups subis marquent votre personnage et détériorent sa tenue. Cela procure plus de réalisme au jeu pendant les affrontements, de plus, les finitions s'appliquent également aux décors, on constate cela notamment lors des projections dans ces derniers. Dommage que les niveaux soient peu nombreux et qu'un certain manque de finition se fasse sentir ! Les interactions avec l'environnement sont en revanche toujours aussi dynamiques, on retrouve des zones destructibles, des arènes en plusieurs parties ou niveaux, sans oublier des interactions avec le public qui dispose d'une physique bien retranscrite. Il en va de même pour les combattants qui font clairement ressentir la puissance de certains de leur coups portés à l'adversaire. Le Hitbox qui définit la zone d'action d'une attaque est retravaillé avec plus de précision pour apporter d'avantage de vivacité au jeu. Particulièrement quand vous réalisez une contre-attaque car il faudra l’exécuter au moment précis où vous prenez un coup. Ce nouvel opus intègre également un système de jauge, celle-ci se nommée la « Break Jauge », une fois pleine elle vous permettra d'enchainer plusieurs coups puissants et de terminer sur un coup final très puissant sous le nom de « Fatal Rush ».
Image
Droit dans le décor !
En plus d'être assez badass, celui-ci est très simple à réaliser puisqu'il suffit d'appuyer une touche. J'entends les puristes qui se tapent la tête et c'est bien normal, difficile d'apprécier ce changement destinés aux novices, alors qu'il est le dernier venu d'une série de jeux qui se base sur des combos complexes et difficiles à rentrer en combat. Rassurez-vous, cette nouveauté est très bien incorporé et permet de rajouter un peu de punch durant les parties. Si cet ajout n'est pas révolutionnaire, on apprécie tout de même l'effort. Pour le reste on retrouve toujours les bonnes vielles techniques de nos personnages favoris et notamment de nouvelles contre-attaques bien plus punitives, surtout avec Bayman qui brise les membres de ses victimes. Ceci-dit, si votre concurrent utilise sa Break Jauge pour vous assener un enchainement puissant, les simples contre-attaques seront inefficaces. Il vous faudra puiser dans votre jauge personnelle tout en réalisant la parade pour espérer en sortir vainqueur. Cette fonctionnalité nous permet de profiter d'un visuel effréné et très dynamique accompagnés d'un effet slow motion pour l’impact du dernier coup, attention toutefois à l’exécuter correctement et au bon moment. Le studio souhaite donc rendre sa licence plus accessible et y arrive sans trop de problèmes. En revanche, un point important fait mal aux dents pour ceux qui suivent la série depuis longtemps, la fameuse touche super attaque à remplacée celle pour changer de personnage. Vous l'avez compris ! Il n'y aura pas de mode Tag Battle dans ce titre, au profit de la qualité technique du jeu, ce qui est vraiment décevant. La plupart des joueurs appréciaient ce mode de jeu où l'on pouvait s'affronter avec une équipe de deux combattants et réaliser des projections en total synchro avec ses personnages. Au niveau du scénario les développeurs reprennent la structure de Dead or Alive 5 : Last Round avec les histoires de personnages qui s’entremêlent, c'est bien dommage car le concept de Dead or Alive 4 avec des trames d'histoires propres à chaque personnage était plus sympa. On apprécie néanmoins l'intégration de deux nouveaux combattants (Nico et Diégo) au roster qui compte 23 personnages en plus des 3 déjà annoncés en DLC (Nyotengu, Phase 4 et Mai Shiranui).
Image
Un pied dans le visage !
Nico et Diègo sont bien incorporés dans la trame narrative, ceci-dit, ne vous attendez pas à une réelle révolution côté scénario, celui-ci reste toujours aussi cliché. Vous tomberez souvent sur des scènes ayant peu de logique avec des personnages qui se rencontrent par le plus grand hasard. Outre l'aspect réussi des cinématiques, l'ambiance apportée par la trame de l'histoire est très kitsch et manque clairement d'intêret. On garde à l'esprit que le plus important pour un jeu de combat se situe au niveau des affrontements et ils se montrent plus intenses dans DOA 6. Les modes que l'on retrouve dans ce titre sont les suivants : Histoire, Combat (Versus), En ligne, Arcade, Contre-la-montre, Survie, Entraînement et pour finir le mode Quête DOA, le petit nouveau qui nous proposes plus de 100 combats à effectuer avec à chaque fois des objectifs à accomplir (un bon petit plus qui permet d'apprendre de nouvelles technique tout en s'amusant). Dès le menu on entend le célèbre thème musical de la saga entièrement remixé pour l'occasion par les studios Koei Tecmo et Team Ninja. C'est également le cas d'un bon nombre de thèmes musicaux même si l'on note la présence de versions originales. Les bruitages des personnages, des coups portés ainsi que des décors qui se cassent sont plutôt correctes. En ce qui concerne l’espérance de vie du jeu, celle-ci n'est pas très longue puisqu'une fois le mode histoire terminé en 2 ou 3 heures, vous serez voué à errer dans les salon des parties en ligne dans l'attente d'un nouveau concurrent. Lors des combats en ligne il est possible de rencontrer de petites baisses de framerate, cela arrive notamment à cause de certains coups trop rapides ou alors de la connexion mais cela reste assez rare. Misant sur l'aspect compétitif, il n’y a que le mode Match de classement qui est disponible, impossible donc de faire de simples parties entre amis en ligne. Les autres modes vous permettrons de débloquer des tenues mais il risquent très certainement de ne pas vous tenir en haleine assez longtemps, la faute à une répétitivité prononcée. On aurait aimé plus de variété dans le contenu qui peine à nous retenir plusieurs heures d'affilés.
Image Image Image Image Image

Notes

Gameplay

17 / 20
Le studio a décidé de modifier l'approche des combats avec l'intégration d'une jauge de super. Elle vous demandera un minimum de stratégie pour l'utiliser, que ce soit de façon défensive ou offensive. En plus de rendre le titre plus accessible, le « Fatal Rush » permet de rendre les combats plus intéressants. A côté de ça, DOA 6 se montre toujours aussi dynamique et fluide surtout que le Hitbox est plus précis que jamais.

Graphismes

16 / 20
L'aspect technique a été retravaillé depuis les derniers opus, les cinématiques sont un peu mieux au niveau esthétique (si l'on omet les expressions faciales), mais la différence se fait réellement sentir lors des affrontements. Les combats ne manquent pas de détails et sont bien réalisés surtout que les coups marquent désormais le personnage, la tenue se déchire et les interactions avec l’environnement bénéficient d'un joli rendu. Dommage qu'on remarque un certain manque de finition au niveau des décors et des textures parfois baveuses en arrière-plan qui font un peu tâche.

Bande son

15 / 20
Le thème musical du menu principal a été remixé, on découvre une ambiance plus rock avec de nouveaux accords de guitare électrique. Le reste des musiques se laissent écouter et s'adapte plutôt bien à l'ambiance des combats. Les bruitages présents sont corrects et n'ont guère changés, excepté l'effet sonore au moment d'exécuter un « Fatal Rush ».

Scénario

8 / 20
Dans l'histoire de cet opus les développeurs mettent en avant les deux nouveaux protagonistes, Nico et Diégo. On retrouve une trame narrative assez linéaire telle que dans l'ancien titre, de plus, celle-ci se montre parfois incompréhensible avec la rencontre d'autres protagonistes sur un heureux hasard. Celle-ci est assez courte de plus car 2 ou 3 heures seulement sont nécessaires pour terminer l'histoire.

Durée de vie

13 / 20
A part le mode histoire qui est assez cours et inintéressant, vous aurez accès à quelques autres modes qui ne sont pas toujours intéressant, l'accent étant mis sur les affrontements en ligne. C'était sans compter sur le nouveau mode Quête DOA qui fait son apparition avec une centaine de combats accompagnés d'objectifs assez variés. Pratique puisqu'il permet de diversifier un peu le gameplay en plus de nous faire gagner des tenues (pas très nombreuses d'ailleurs, la faute à un Season Pass proposé à 89€). L'absence du Tag Battle (oubli de taille) et de match amical (en ligne) dès le lancement du jeu, sont des nouvelles que les fans ne vont pas apprécier. Autre reproche, le faible nombre de niveau et le roster un peu restreint pour un lancement, là encore on sent les DLC venir !)

Conclusion

14 / 20
Dead or Alive 6 souhaite s'ouvrir à public plus large que ce soit au niveau de l'apparence des combattantes plus réalistes et moins disproportionnées ou encore du gameplay qui incorpore une super attaque qui rajoute un peu de dynamisme aux combat. Le pari est plutôt réussi puisque l’association de cette nouveauté avec les combos assez techniques est plutôt bonne. Seulement voilà, en plus d'un mode histoire inintéressant, l'absence du mode Tag Battle se fait clairement sentir ! Alors oui, les combats sont beaux à regarder, mais tous les fans de la série ne vont pas adhérer à cette disparation, surtout qu'au niveau du contenu, le manque de diversité donne rapidement l'impression de tourner en rond, heureusement que le mode Quête DOA est présent pour inverser la tendance. Vous l'avez compris, cette sixième mouture n'est pas dénuée de défauts mais reste tout de même au niveau sur un bon nombre de points.

Ecrit par Viko le 08/03/2019 à 01h44

Avatar Victorien Naegelin victorien.naegelin@gamikaze.com Biographie : Fan de jeux vidéo depuis mon enfance, je vous mets au défi :P ! Mon Gamertag c'est JAH-Ovivi ;)

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire