Gamikaze
Gamikaze

Test : Atelier Lydie & Suelle : Alchemists of the Mysterious Painting

Jaquette

16 ans et plus Violence


Sortie : 30 Mars 2018

Saga : Atelier
Développeur : Koei Tecmo
Editeur : Koei Tecmo

Type : RPG

Support : Blu-Ray

La saga des Atelier nous avait séduit avec son précédent opus éprit de liberté et découvertes en tout genre. Cependant, comme pour toute les sagas annualisées, la difficulté consiste réussir à convaincre et surprendre année après année. Dans Atelier Lydie & Suelle : Alchemists of the Mysterious Painting tente de satisfaire notre appétit les développeurs ont décidé de changer leur recette, pour une meilleur alchimie ?

Image
Le caracter design reste plutôt sympa !
On retrouve donc à nouveau un duo féminin avec Lydie et Suelle qui seront nos deux alchimistes pendant notre aventure. Elles prennent place dans la ville de Merveille où elles vivent avec leur père dans un petit atelier d'alchimiste plutôt discret. Il faut dire qu'elles ne sont pas forcément aidées par leur père d'une part, un peintre dépensier qui oblige les deux sœurs à avoir des fins de mois plus que difficiles. D'autre part, le décès de leur mère prend une place importante que ce soit dans leur vie ou dans le scénario du jeu, du moins pour poser une base au scénario. Quelques années en arrière les deux sœur ont en effet fait la promesse à leur mère de faire de leur atelier le plus reconnu du pays. Et si la promesse est honorable, ce n'est pas avec leur don d'alchimiste basique qu'elles réussiront à la tenir mais bien grâce à un événement aussi mystérieux que profitable. Alors qu'elles sont dans la caves de leur atelier les deux sœurs se font aspirer par un tableau, d'où le titre de l'épisode, et se retrouvent plongées dans un monde féérique. Ce dernier n'a de féérique que l'apparence devant les dangers qui y rôdent, mais c'est également dans ce monde alternatif que Lydie et Suelle vont trouver des ingrédients qu'elles n'auraient jamais pu trouver autre part qu'au sein de ce mystérieux tableau. Grâce à leurs trouvailles, elles pourront donc devenir des alchémistes unique en leur genre, et les deux sœurs ont bon espoir pour donner à leur atelier une renommée sans pareil. L'un des points appréciés dans Atelier Firis : The Alchemist and the Mysterious Journey était la liberté donné aux joueurs pour découvrir le monde dans ses moindres recoins. Si comme moi vous aviez aimé ce changement dans la saga, sachez que vous n'aurez pas de jolies retrouvailles dans ce nouvel opus. Peu importe le moment prit en compte dans l'aventure vous n'aurez accès qu'à certains lieux que ce soit dans le monde réel, mais surtout dans le monde féérique. L'intérêt de limiter les déplacement n'est pas vraiment clair et l'absence de limite de temps pour explorer le monde et récupérer des ingrédients n'est jamais suffisante pour rattraper cet étrange pas en arrière. Plusieurs petites quêtes vous invites à voyager que ce soit pour parler à des PNJ particuliers, trouver des ennemis rares ou encore cependant la liberté est un peu moins ressentie à cause d'un scénario très cadré.
Image
Bienvenue dans le premier tableau
A titre d'exemple, les deux jeunes femmes vont souvent devoir réparer d'autres tableaux grâce à l'alchimie pour voyager dans plusieurs mondes différents que l'on voit venir à des kilomètres et qui n'augurent aucune surprise, sans compter qu'ils impactent négativement le changement d'univers. De plus, une fois plongé dans ces tableaux on retrouve des niveaux très petits et décevant, bien dommage car nous sommes la encore face à une idée sympa, qui aurait pu amener une réelle variation tant au niveau de l'environnement que de la palette de couleur. L'idée est bonne, la réalisation laisse elle à désirer. D'ailleurs, les idées ne sont pas forcément mauvaises dans le titre mais à l'image de la narration, leur mise en pratique n'est pas à son apogée et l'ensemble manque de profondeur. Par exemple lorsque les jeunes filles se font aspirer par le tableau au début du jeu, ça arrive... comme ça, sans aucun élément déclencheur. Ca rend le jeu moins prenant y comprit dans la mise en valeur des points scénaristiques important ce qui est assez étonnant tant la culture japonaise aime généralement aller au bout des choses. Ici, on caresse les intrigues que ce soit dans la relation entre le père et les deux sœurs ou l'impact de la mort de leur mère qui ne se ressent pas assez. Sans verser dans le glauque évidemment, le background de cette aventure aurait pu permettre d'aller un peu plus loin et de nous accrocher via l'histoire contée, c'est plutôt raté. Il faut dire que les développeurs ont choisit de mettre l'accent sur l'humour avec un titre qui a à cœur d'arracher un sourire à ses joueurs. Que ce soit à travers les dialogues ou les différents personnages du jeu qui sont tout de même à la limite du caricatural, mention spécial pour Roger qui nous sert de paternel. La suite du titre n'est pas plus emballante, car pour devenir le meilleur atelier du pays les deux sœurs doivent tout d'abord passer un test avant de pouvoir apparaître au « classement des ateliers du pays ». Pour réussir à gagner des places dans ce dernier elles devront confectionner des objets uniques évidemment à l'aide d'ingrédient trouvés dans le monde atteint à travers ces fameux tableau. Dans le même temps il faudra accroître la réputation de votre atelier grâce aux petites quêtes dont je vous ai parlé avant qui sont donc des missions de compléments plutôt que des quêtes secondaires. Malheureusement le fond de ces dernières est vraiment redondant et elles finissent vite par nous faire tourner en rond jusqu'à nous donner un tournis d'ennui.
Image
L'alchimie se complexifiera au fur et à mesure du jeu
Pour ce qui est de l'alchimie on est face à une demi déception car celle ci reprend sensiblement le même système que dans les précédents titres de la saga. Vous devrez sélectionner les différents matériaux pour les mettre sur un cadrillage faisant office de support et les disposer de sorte à ce que les ingrédients donnent le meilleur résultat possible. A noter la présence d'éléments particuliers qui vont pouvoir venir améliorer vos recettes et bonifier les objets objets que vous créez. Pour réussir à réaliser de nouvelles créations vous aurez besoin de ces fameuses recettes que vous pourrez obtenir via différents biais. On retrouve la présence des catalyseurs déjà aperçus dans le précédent opus, bien qu'ici ils sont présent en plus grand nombre, avec des effets différents qui vont diversifier vos créations. En fonction du catalyseur que vous trouverez, un damier différent apparaîtra sur votre planche et vous devrez alors faire combiner les couleurs et les formes géométriques sur votre support. Lorsque vous progresserez assez dans le jeu vous pourrez construire vos propres catalyseurs pour avoir des créations d'une puissance extrême. Au delà de tout ça pas vraiment de nouveauté à se mettre sous la dent pour ce qui est de l'alchimie, assez dommage quand la série tourne autour de ça. Si j'ai parlé de demi déception, c'est que ça reste toujours kiffant de se prendre pour un savant fou et de multiplier les créations qui sont nombreuses, notamment grâce à des synergies qui se multiplient et offrent plusieurs ponts pour ne jamais être à court d'idée. Pour ce qui est des combats on retrouve deux camps qui se font face, avec nos deux frangines en guises de duo de choc. Il s'agira alors évidemment d'un tour par tour assez classique, même si on peut noter la bonne idée d'introduire l'alchimie dans les combats. Malheureusement elle est très rarement utilisable et une nouvelle fois si l'intention est bonne on va encore regretter une mise en pratique laborieuse. A force de voir des jeux sortir tous les ans, on ne se répétera jamais assez, on a forcément moins d'investissement sur des plans de jeux qui méritent des améliorations. Un manque de temps, ou d'envie qui aboutit à un résultat moyen pour une saga qui a pu nous habituer à mieux.

Notes

Gameplay

14 / 20
Pas grand chose à redire sur le gameplay, ci n'est sur l'alchimie qui aurait pu nous réserver plus de surprise. Pour le reste que ça soit au niveau des combats ou du reste de la prise en main le tout est plutôt faible.

Graphismes

11 / 20
Je ne l'ai pas abordé dans le test car dans un JRPG cela passe au second plan. Cependant les graphismes sont vieillot, et d'autres studios avec des moyens équivalent fond bien mieux. La direction artistique est à remettre en question, notamment l'effet tableau qui n'est pas convaincant. Petite mentions aux attaques en combat plutôt bien réalisées.

Bande son

14 / 20
La bande son du jeu reste dans la tradition des JRPG. Des mélodies enivrantes, mais rien de plus. Du côté des doublages pareil, on sent les développeurs à l'aise dans le domaine.

Scénario

10 / 20
C'est incontestablement l'un des points faibles du jeu. Le scénario du jeu n'est que dans l'à peu près, et ne va pas assez dans la profondeur pour créer des enjeux qui auraient rendu le jeu plus intense. On a plus l'impression d'être face à une base qu'à un réel scénario continue.

Durée de vie

15 / 20
La durée de vie du jeu est plutôt sympa notamment grâce à une difficulté qui va vraiment devenir gênante pour progresser sur la fin du jeu. Vous devrez donc redoubler d'effort pour trouver les meilleurs ingrédients, créer les meilleurs catalyseurs pour avoir la puissance nécessaire à finir le jeu.

Conclusion

12 / 20
Avec une identité non assumée qui constitue un mix des précédents épisodes, nous ne sommes pas face au meilleur épisode de la série. Les bonnes idées ne manquent pas, au contraire, mais les développeurs n'ont pas réussit à bien les exprimer. Dommage car avec toutes les bonnes inspirations de cet opus et du précédent, la saga Atelier peut toujours nous offrir un très bon titre, en espérant que le suivant soit le bon. Celui ci plaira aux initiés qui retrouveront leur marque, moins à des néophytes qui seront repoussés.

Ecrit par Shopa le 01/04/2018 à 17h40

Avatar Hugo Geib shopa@gamikaze.com Biographie : Hey les baltringues qui n'ont rien d'autre à foutre que de visiter mon profil ! Moi c'est Shopa, Yougz, ou votre altesse comme vous voulez. Grand amateur de RPG, je suis de ceux fascinés par les jeux qui ont une réelle profondeur, à la limite du philosophique. Sinon je kiff aussi les jeux de sports, d'actions, les TPS, bref tout un programme ! J'essaye d'être drôle parfois, mais je réussis rarement. Need level up.

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire