Test Yakuza 6 : The Song of Life Playstation 4 - Gamikaze
Gamikaze
Flux RSS Facebook Page Twitter Page Youtube Page Gamikaze


Test : Yakuza 6 : The Song of Life

Jaquette

18 ans et plus Violence


Sortie : 17 Avril 2018

Saga : Yakuza
Développeur : Yakuza Studio
Editeur : Sega

Type : Action/Aventure

Support : Blu-Ray

C'est une licence qui marche bien et chaque épisode est attendu de pieds fermes, même chez nous, en Europe. Yakuza 6 : The Song of Life ne va pas tarder à pointer le bout de son nez sur nos PlayStation 4 à l'heure ou ces lignes sont écrites. Après un épisode 0 plus que réussi, un Yakuza Kiwami remake du 1er opus éblouissant et un second Kiwami sur les rails, SEGA ne chôme pas et nous livre encore une fois un titre explosif et majestueusement orchestrée.

Image
Une ville toujours aussi sublime et vivante
(On essaie au maximum de minimiser les spoils, si vous n'avez pas connaissance des événements de Yakuza 5, vous risquez de vous faire gâcher la surprise) Le Dragon de Dojima est de retour, et encore une fois, lui chercher des noises ne sera vraiment pas le choix le plus judicieux. Le pitch nous emmène une nouvelle fois à Tokyo, au Japon en 2016 plus précisément. Kazuma Kiryu, principal protagoniste de la série, sort de prison après une peine de 3 ans suite aux événements de Yakuza 5. A peine après avoir respiré l'air frais de dehors, notre cher Kiryu enchaîne les mauvaises nouvelles : Il tombe nez-à-nez avec une triade qui ne sont pas là pour rigoler, il découvre que Haruka a été victime d'un accident et que cette dernière à désormais... un fils. En bon protecteur, Kiryu s'empresse de prendre le bébé sous sa garde, en enquêtant parallèlement sur l'accident de sa petite Haruka qui est en convalescence à l’hôpital. Yakuza oblige, Kiryu à ses propres méthodes qui se règlent généralement par un coup de poing dans la mâchoire ou par un high-kick dans les dents pour ceux qui se dressent sur son chemin. Bien évidemment, les histoires de la saga Yakuza ne se résument pas qu'à de simples bastons de rue ou de gang, non, le jeu est également extrêmement bavard ou rien n'est laissé au hasard. Que ce soit la profondeur du titre, la modélisation des personnages, l'ambiance, les cinématiques, la sémantique, le gameplay ou encore le casting, tout est concocté aux petits oignons et le savoir-faire de SEGA & Yakuza Studio se ressent dès les premières minutes de jeu. Vous dévoiler l'intégralité de l'intrigue en quelques lignes serait tout bonnement impossible et surtout un manque de respect évident pour ceux qui suivent cette saga depuis le début, mais très franchement, on ne va pas se le cacher : Yakuza 6 : The Song of Life est une perle à tous les niveaux et bon sang, que c'est bon !
Image
Un casting 5 étoiles (Shun Oguri)
Si nous parlions plus haut de la modélisations des personnages, ce n'est pas pour rien. Dans les Yakuza, aucun personnage n'a jamais été laissé au hasard, tous ont une histoire et une place (importante ou pas), et dans ce 6ème opus, c'est un casting cinq étoiles qui est servi sur un plateau d'argent : Kiryu voguera entre Tokyo et Hiroshima, dans cette dernière, vous croiserez la route d'un certain... Takeshi Kitano en général de la mafia local ainsi que de Tatsuya Fujiwara (tous deux avaient joués ensemble dans le film Battle Royal) ou encore Shun Oguri (Genji dans Crows Zero) en patriarche aux cheveux gominés. Ce joli petit monde issu du cinéma Japonais et du 7e art, offre une ampleur majestueuse à un titre qui vacille justement entre film et jeu vidéo. Côté gameplay, Kiryu va encore casser beaucoup de tête et autres côtes, ici, exit le système de combat des opus précédent. Les styles jouables dans les anciens opus (Beast, Dragon, Brawler etc) laissent la place à un nouveau style de combat plus fin, dynamique, mais toujours aussi violent. On regrettera peut-être seulement les Heat Actions qui sont moins présentes que dans les opus précédents. Après chaque baston, vous gagner de l’expérience pour améliorer vos statistiques qui sont maintenant découpés en plusieurs catégories : (Stats, Skill de Combat, Heat Actions, Other Skills) qui sont eux même améliorable grâce à différents points de compétences répartis en 5 catégories (Force, Agilité, Esprit, Technique ou Charme). Une dimension très RPG qui vous obligera à réfléchir et à se demander s'il vaut mieux privilégier l'attaque, les points de vie, la défense ou encore les skills. Bien évidemment, l’expérience pourra être gagner en mangeant ou en faisant des activités annexes qui sont encore une fois ici présents !
Image
Des stats en temps réel
Les activités annexes et autres mini-jeux ont une place importante dans la saga des Yakuza, et encore une fois, nous sommes servis ! Des salles d’arcades qui proposent par exemple "Virtua Fighter V Showdown", des bars à chats, du Karaoké, du baseball où encore des Live Chat avec des actrices porno Japonais ! C'est tordant, et on peut vraiment passer des heures et des heures sur ces activités annexes qui sont bien souvent agrémenter de petites quêtes annexes (qui n'ont rien à voir avec le scénario) mais c'est toujours aussi fun ! A la manière d'un GTA IV ou V, Yakuza 6 introduit également le téléphone qui servira de Menu. Vous pourrez même utiliser l’application "Troublr" qui permet de voir en temps réel les crimes dans cette jolie ville. Petite parenthèse scénaristique, Kiryu prend de l'âge et les clubs avec les hôtesses ne l'intéresse plus, et le titre le fait bien remarquer ! Un ajout pour ce 6ème opus est le mini-jeu de la création de gang face au clan Justis et ses généraux un peu bizarres. Les rues de la ville ont besoin d'être nettoyés de la racaille, et forcément, Kiryu règle tout ça à coups de poings et peut maintenant recruter des lascars qui l'aideront dans cette tâche qui est facultative à l'histoire. Cela devient intéressant au moment où vous devez nommer vos recrus en chefs, lieutenants ou simples soldats. Et cela vous servira contre le gang des Justis ou des Six Lunatics qui ne se laisseront pas marcher sur les pieds. Si le mode hors-ligne ne vous suffit plus, vous pourrez toujours vous frotter à d'autres joueurs en ligne ainsi qu'à leur clan pour des bastons fun et complétement déjantés. Yakuza 6 : The Song of Life ne déçoit pas et reste tout aussi complets que ses prédécesseurs, l'ère du Dragon de Dojima se termine en apothéose et ce n'est pas sans une certaine tristesse qu'on assiste à la fin de cette épopée qu'il sera impossible d'oublier.
Image Image Image Image Image Image

Notes

Gameplay

17 / 20
Avec une refonte totale du système de combat, Sega & Yakuza Studio ont pris un risque qu'ils ont su maitriser et qui ne va pas décevoir. Certains regretteront sûrement l'absence des différents styles de combats, mais les bastons sont toujours aussi jouissives, fluide et dynamiques.

Graphismes

18 / 20
Très certainement le plus beau titre de la licence, Yakuza 6 : The Song of Life excelle en la réalisation des personnages et une mise en scène cinématographique qui rendrait presque jalouses certaines productions actuelles. Le fait d'avoir de véritables acteurs in-game y est surement pour quelque chose !

Bande son

18 / 20
Encore une fois, une OST plutôt bonne dans son ensemble et des doublages réussis. C'est une joie de pouvoir entendre Takeshi Kitano, Tatsuya Fujiwara ou encore Shun Oguri dans des rôles fait sur-mesure pour de grands acteurs comme eux.

Scénario

17 / 20
Un scénario solide pour ce Yakuza 6 qui se concentre essentiellement sur la famille et sur son protagoniste : Kazuma Kiryu. Une rétrospective des anciens épisodes est disponible dans le menu titre du jeu pour une petit piqure de rappel si besoin.

Durée de vie

17 / 20
La durée de vie est conséquente, une vingtaine d’heures de jeu pour la trame principal, le double si vous comptez vous adonner aux mini-jeux et autres activités annexes !

Conclusion

17 / 20
Yakuza 6 : The Song of Life est clairement un titre à la hauteur de toutes les attentes, sans doute le plus abouti de la licence même s'il reste moins garni en termes de mini-jeux que Yakuza 0 par exemple. Que ce soit la profondeur du titre, la modélisation des personnages, l'ambiance, les cinématiques, la sémantique, le gameplay ou encore le casting. Toujours pas de traduction Française, il faudra cependant un niveau d'Anglais acceptable pour comprendre les dialogues. Yakuza 6 est un chef-d’œuvre qu'il serait dommage de ne pas posséder sur PlayStation 4.

Ecrit par Vysen le 04/04/2018 à 16h08

Avatar Brice Heitz brice.heitz@gamikaze.com Biographie : Plutôt axé RPG, J-RPG, Jeux de baston, Arcade et FPS. I need coffee.

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire