Test Masters of Anima Playstation 4 - Gamikaze
|

Jaquette

3 ans et plus


Sortie : 10 Avril 2018

Développeur : Passtech Games
Editeur : Focus Home Interactive

Type : Aventure

Support : Blu-Ray

Développé par le studio français indépendant Passtech Games, Masters of Anima débarque pour nous faire vivre une aventure remplie de magie. Avec un titre bien plus stratégique qu'il n'y paraît, le studio tente de nous conquérir et de nous initier à l'Anima. Opération séduction réussie ?

Image
Prêt à devenir un magicien confirmé ?
Dans un monde qui vit des jours tranquilles, vous incarnerez Otto qui est un jeune homme plutôt dissipé qui aura mit du temps à se mettre sur le chemin de la réussite scolaire. Cette dernière est un peu spéciale ici car elle consiste à réussir son test pour devenir un animancien, un magicien qui maîtrise donc l'Anima et tous ses secrets. Poussé par l'amour de sa vie, Ana qui n'est autre que l'animancienne suprême du monde de Spark, il se décide finalement à passer le cap pour avoir le droit d'épouser sa bien aimée. Otto réussit alors les différents exercices imposés par le grand maître, avant que son destin ne prenne une autre tournure. A la fin de cette petite séance qui fera office de tuto le temple où Otto passe son diplôme s'effondre et il vous incombe donc de le réparer en tentant de savoir d'où viennent les forces maléfiques qui ont causé tous ces remous. On découvre finalement que le mystérieux Zahr est le responsable de tout ça et que ce dernier a mor-scellé Ana dans différents cristaux que vous devrez récupérer pour voir le retour de votre cher et tendre. Au delà de cette intrigue amoureuse vous devrez évidemment poursuivre Zahr à travers différents chapitres pour tenter de mettre fin à son terrible dessein. Ce dernier a en effet pour but de libérer le monde de animanciens, le tout en utilisant les pouvoirs interdits qui lui confèrent assez de puissance pour semer le chaos. Voilà pour le topo du titre et une mise en bouche sur un scénario qui à vrai dire ne m'a pas vraiment convaincue. La faute à une rupture entre la dramaturgie du scénario et le côté enfantin d'Otto qui brise totalement l'ambiance du titre. Certains pourront aimer ce mélange de sombre et de légèreté mais à mes yeux ça met un frein à l'immersion une fois manette en main. Régulièrement, Otto viendra faire une vanne -moyenne- ou nous offrira une réaction trop détachée. Le tout avec un détachement assez incroyable pour quelqu'un qui a des compétences basiques et qui va faire face à un danger sans nom. De surcroît la trame scénaristique est un peu convenue, le grand méchant, le pouvoir secret maléfique en achevant le tout par une intrigue amoureuse. Vous l'avez comprit une petite odeur de déjà vu se fait ressentir. Le tout est présenté sous un jour cartoonesque en vue du dessus avec des graphismes très honnêtes. Sans être magnifique la direction artistique est cohérente et la variation des paysages visités lors de notre aventure amène une belle palette de couleur à voir le jour. Les animations sont réussies et le tout apparaît plutôt fluide à l'écran, ce qui est essentiel pour un jeu qui se trouve être assez nerveux.
Image
On traversera différents paysages
On en arrive maintenant au cœur du jeu avec le gameplay et la prise en main qui constitue à la fois le paramètre le plus compliqué à mettre en place sur console pour un jeu de ce type, mais aussi le plus important. Car ici vous devrez réussir à maîtriser Otto tout en commandant sa horde de soldat qui répondra à tous vos bons vouloir. Grâce aux petites gâchettes, vous pourrez sélectionner le type de gardien à qui vous voulez donner un ordre. Que ce soit des défenseurs ou encore des sentinelles il vous suffira de sélectionner leur emblème pour réussir à commander toute cette troupe. Vous trouvez au total cinq type de gardiens différents lors de votre aventure, vous les débloquerez petit à petit au fur et à mesure des temples visités. On commence notre périple avec les protecteurs qui disposent d'une épée mais surtout d'un bouclier. Ces derniers serviront à exécuter des taches manuelles et défensives alors que les sentinelles sont eux équipés d'arc leur permettant d'attaquer à distance. Le troisième type sera les catalystes qui vont pomper l'anima de vos adversaires pour vous la transférer que ce soit en Anima ou en vie. Enfin, on retrouve les commandeurs qui sont des gros tas de muscles utiles pour relayer votre cris de guerre sur le champ de bataille pour terminer avec les invocateurs qui vont pouvoir vous suppléer dans la créations de nouveaux gardiens. Vous pourrez donc invoquer ou désinvoquer ces derniers grâce à l'Anima que vous récupérerez un peu partout que ce soit en combat où dans différents éléments du décor que vous devrez détruire pour vous recharger. La répartition entre les différents types de gardiens sera importante, encore plus en combat où vous devrez à la fois estimer comment bloquer vos adversaire avec vos défenseurs mais surtout pouvoir disséminer vos sentinelles de manière à sensiblement toucher vos adversaires. Petit défaut à ce sujet d'ailleurs avec l'étonnante ressemblance entre les différents golems que vous croiserez. Que ce soit du côté de leurs attaques ou même de leur aspect physique c'est vraiment dommageable d'avoir un manque de variation à ce niveau là. Evidemment ces derniers ne vous laisseront pas tranquille et il faudra constamment avoir vos différentes unités à l'oeil pour voir où se situent les manques et surtout les dangers. Car si vous perdez trop de gardien, vous finirez par être à cours d'Anima et donc de pouvoir d'invocation ce qui vous mènera à une défaite inéluctable. Chacune des invocations disponibles aura des compétences différentes qu'il faudra savoir utiliser avec leurs spécificités, par exemple les archers seront plus puissant une fois qu'ils seront disséminés dans des végétaux. On peut noter la présence de cri de guerre ou de quelques attaques dont dispose Otto, mais ces paramètres ne changent pas fondamentalement le déroulé d'un combat. On ne va pas se mentir, au début il sera compliqué d'être un parfait chef d'orchestre. On se mélangera vite les pinceaux et on va commander des défenseurs à la place des archers et inversement avant de prendre le coup de main.
Image
Attention, vous serez noté à la fin de chaque chapitre
Une fois que toutes les commandes (rapatriement, attaque, déplacement...) seront bien ancrés dans votre tête, et surtout une fois que votre stratégie sera aux petits oignons, alors vous pourrez commencer à totalement prendre le titre en main et être beaucoup plus à l'aise lorsque vous ferez face aux golems. Ces derniers se montreront d'ailleurs assez résistant et il faudra rapidement être plutôt propre pour disposer de ses adversaires sans aucune difficulté. A titre d'exemple, le premier boss qui vous proposera de récupérer le cœur d'Ana sera bien prise de tête avant que vous ne compreniez qu'il faut sensiblement déséquilibrer les défenseurs et vos sentinelles. Les ennemis disposent de deux jauges, une de vie assez classique et l'autre bien plus particulière. Elle va se vider progressivement tel un sablier qui indique l'heure de la mort pour finalement faire entrer votre adversaire dans un état de rage une fois celle ci écoulée. Les différentes catégories de gardiens à votre disposition, tout comme Otto, pourront améliorer leurs pouvoirs grâce à des points de compétences que vous obtenez lorsque vous passez un niveau. On a donc droit à différents choix qui ne changeront pas réellement votre manière de jouer mais qui viendront renforcer Otto ou vos gardiens. Ces derniers ne seront d'ailleurs pas seulement utile en combat mais aussi pour vous faire progresser au sein des différents donjons et environnements que vous visiterez. Plusieurs énigmes vous seront proposées et chaque gardien aura son utilité pour pouvoir les traverser. A ce titre il est intéressant de noter que la répartition entre les énigmes et les combats est plutôt bien faite, le rythme est soutenu sans jamais bercé dans l'ennui. Le seul regret que l'on pourrait avoir c'est que les énigmes ne sont pas très variées et surtout elles sont rarement compliquées à déchiffrer. Elles consistent plutôt à comprendre des mécaniques façon puzzle, et un peu plus de réflexion aurait été vu d'un bon œil pour finir de rendre le jeu intéressant. Cependant, faire ça aurait peut être rendu le jeu trop gamer et moins attirant pour le commun des mortels qui saura assurément prendre du plaisir malgré les quelques défauts du jeu.

Notes

Gameplay

16 / 20
Au début du titre le tout pourra vous paraître compliqué à prendre en main. Les commandes faites pour contrôler ses gardiens sont multiple et il faudra les intégrer pour avoir une certaine fluidité dans ses déplacements. Une fois que ça sera fait, si vous y arrivez, vous commencerez à prendre du plaisir.

Graphismes

13 / 20
Les développeurs ont opté pour un design cartoonesque qui ne fait pas tâche. Les animations sont fluides, les couleurs variés et le tout est assez limité. Cependant le jeu reste dans la catégorie des jeux jolis, sans pour autant nous émerveiller par sa DA. Pour un titre indépendant, ça reste plus que correct.

Bande son

13 / 20
Le doublage des voix est plutôt bon, même si les intonations qui sont prises à cause du personnage d'Otto rompent avec la tonalité générale. De leurs côtés, les musiques sont réussies sans forcément être marquante mais elles ont le mérites de nous accompagner dans notre aventure.

Scénario

11 / 20
C'est à mes yeux le défaut majeur du jeu. Convenu et pas mit en valeur par Otto qui enlève toute portée dramatique le scenar aurait mérité d'être plus travaillé pour donner une ambiance beaucoup plus profonde.

Durée de vie

14 / 20
Le jeu est assez court et ne dispose que de quelques heures de durée de vie. Suffisant pour constituer une vraie aventure, avec un projet qui correspond à ses ambitions.

Conclusion

14 / 20
Comme tout jeu indépendant, les défauts existent notamment sur un scénario qui aurait pu nous accrocher avec des personnages plus adaptés au contexte. Le titre s'appuie sur un gameplay efficace bien que long à prendre en main, et un rythme agréable grâce aux mécaniques de jeux qui sont intéressante. Un bon titre qui a réussit à satisfaire ses ambitions.

Ecrit par Shopa le 10/04/2018 à 21h10

Avatar Hugo Geib shopa@gamikaze.com Biographie : Hey les baltringues qui n'ont rien d'autre à foutre que de visiter mon profil ! Moi c'est Shopa, Yougz, ou votre altesse comme vous voulez. Grand amateur de RPG, je suis de ceux fascinés par les jeux qui ont une réelle profondeur, à la limite du philosophique. Sinon je kiff aussi les jeux de sports, d'actions, les TPS, bref tout un programme ! J'essaye d'être drôle parfois, mais je réussis rarement. Need level up.

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire