Test Dreamfall Chapters Playstation 4 - Gamikaze
|

Jaquette

16 ans et plus Grossièreté de langage Violence


Sortie : 5 Mai 2017

Site officiel
Développeur : Red Thread Games
Editeur : Reef Entertainment

Type : Aventure

Support : Blu-Ray

Débuté en 2014 sur PC, les différents livres de Dreamfall Chapters s'assemblent pour débarquer sur Playstation 4 et Xbox One. Alors que Telltale, et le Joueur du Grenier, ont réussi à populariser le genre, les développeurs du jeu arriveront-ils à accrocher le bon wagon ? Nous retrouvons les aventures de Zoe Castillo qui devra sauver non pas un, mais deux mondes.

Image
Zoe, de retour pour une nouvelle épopée
Si vous êtes étranger à Dreamfall Chapters et The long Journey la dernière phrase de cette petite introduction a pu vous paraître bizarre, mais n'ayez crainte avant même que le jeu commence, on vous explique tout. Il existe deux mondes dans Dreamfall Chapters , celui de la science dans lequel évoluera notre héroïne et Arcadia, le monde de la magie. Ces deux mondes sont reliés par les rêves mais cet équilibre est menacé par le voleur de rêves. Dreamfall commence en 2220 avec Zoë Castellano qui se retrouve amnésique et plongée dans le coma pendant plus d'un an suite à la fin du deuxième épisode de la saga. Dès les premières minutes, le titre vous emmènera dans le fameux royaume des rêves, pour y voir Zoë en action lorsqu'elle sauve les gens d'affreux cauchemars. De son côté Kian est un guerrier qui vit dans un univers parallèle et moyenâgeux appelé Arcadia. Suite à une guerre où Kian a fini par se faire emprisonner pour avoir participé à la résistance et doit se faire exécuter. Sauf que quelques heures avant son exécution une émeute prend forme et obligera Kyan à s'évader. Le rapport entre ces deux mondes et nos deux héros ? Les rêves et l'équilibre que ces derniers apportent à ces deux mondes, équilibre menacé et que nos deux personnages vont devoir s'atteler à conserver. Enfin, la dernière protagoniste du jeu est Saga qui interviendra cependant plus rarement. Le titre peut donc se définir par un point & click, sauf qu'ici vous ne pointez pas vous "joystickez" comme c'est d'usage sur les adaptations du genre sur console. Et comme la tradition le veut ça n'est pas très réussi. On retrouve la même sensation que chez les concurrents avec un système tiraillé entre ne pas tout révéler au premier coup d’œil et avoir tout de même de la précision et de l'intuition. Vous l'aurez compris, vous devrez parfois prendre des angles spéciaux, repasser plusieurs fois ou juste cliquer au hasard sur des possibilités que vous aviez éliminées mais qui souffraient juste d'un bug de détection.
Image
Bienvenue en 2220
Ce bug fait partie des soucis difficiles à régler pour les développeurs pour console, cet aspect devenant presque un défaut inhérent à ce dernier sur nos machines de salons. Malheureusement ce n'est pas le seul et se lancer dans la narration comme l'ont fait les développeurs à travers la série est quelque chose de très compliqué, plus qu'il n'y paraît. On pourrait croire que l'absence de gameplay facilite le développement mais c'est tout le contraire. Les joueurs sont privés d'un des aspects les plus importants lorsqu'on se retrouve manette en main à savoir utiliser cette dernière. Ainsi d'autres secteurs du jeu tels que la direction artistique, le scénario ou encore les dialogues doivent être gérés au mieux pour permettre au joueur d'accrocher au titre sans être actif sur la manette. Malheureusement pour Dreamfall Chapters tout n'est pas maîtrisé comme l'on aurait souhaité. Pour commencer les dialogues souffrent de plusieurs défauts qui viennent ternir le développement du jeu. Outre des visages dénués d'émotion et de détails, les échanges entre les différents protagonistes sont souvent trop longs. Entreprendre de longs échanges n'est pas un problème en soi, si l'on a beaucoup de choses à dire. Cependant, lorsque des longueurs commencent à apparaître, qu'on a le sentiment que les personnages pourraient aller droit au but sans pour autant nuire à la qualité des échanges, ça commence à tiquer. En parlant des dialogues, il faut tout de même féliciter le jeu qui a pris soin d'attribuer une voix à tous ses personnages. Ça peut paraître normal pour certains, mais un jeu du genre, financé via Kickstarter, aurait pu jouer la facilité et s'éviter le gros travail qui a été fait. La narration de son côté est asse irréprochable et entraînante. Le scénario est bien ficelé et on prend un certain plaisir à suivre les aventures des différents protagonistes, malgré des passes plus ou moins inégales dans la trame de l'aventure. Du côté des graphismes, comme je viens de le préciser, le tout manque de détails pour donner aux deux univers une identité vraiment singulière. La direction artistique globale reste de bonne qualité avec beaucoup de couleur, sans parler des allers-retours entre les deux mondes qui nous permettent de nous rafraîchir constamment et surtout éviter une redondance qui aurait achevé l'ennui. Le contraste entre ces deux mondes est également un pari réussit. Futuriste, coloré et teinté de cyberpunk d'un côté; médiéval, sombre et fantastique de l'autre.
Image
Graphiquement, ça tient la route
Au cours de l'histoire vous aurez évidemment des choix à faire et ces derniers impacteront directement votre aventure. Même une décision mineure peut faire varier la direction du scénario, mais pas seulement et c'est là que ça devient intéressant. Selon vos réponses, les motivations de votre personnage pourront se retrouver plus ou moins modifiées. Flippant, hein? Ne vous inquiétez pas, les développeurs ont tout prévu. Tout d'abord, si vous vous engagez sur un mauvais chemin, vous le comprendrez naturellement grâce à la réponse de votre interlocuteur. Ensuite en appuyant sur triangle ou Y vous pourrez voir ce que les autres joueurs ont choisi de répondre. A mes yeux cette mesure joue un rôle d'assistanat un peu trop accentué. Le plaisir de ces choix est justement de faire le bon, de réfléchir et d'analyser la situation pour prendre une direction tout à fait subjective. Sans parler de l'effet de surprise qui peut être gâché dans certains cas, mais si ça peut aider des joueurs à s'en sortir un peu mieux pourquoi pas? Comme dans de nombreux jeux du genre, l'une des rares phases de gameplay que nous offrent les développeurs réside dans des énigmes dont l'intérêt va varier pour une raison simple. Si vous n'avez pas fait les deux premiers opus, certaines énigmes seront presque insolubles de manière logique. Vous devrez tâtonner à essayer plusieurs possibilités jusqu'à tomber sur la bonne. Evidemment que des clins d’œil aux plus vieux fans et à ceux qui ont accompagné la série se comprend totalement, mais le faire sur l'un des seuls éléments qui peut bloquer notre progression paraît un brin illogique. On vous conseille également de vous mettre à la page concernant les deux opus précédant cette conclusion finale. Si vous n'êtes pas un minimum au courant des aventures antérieures intervenues dans la saga, vous risquez de passer à côté de plusieurs moments et de vous sentir légèrement délaissé par le titre.

Notes

Gameplay

10 / 20
Le principal du gameplay se retrouvera dans les déplacement de votre personnage et des observations qu'il fera. Pour ça le système de point & click est mal géré et malheureusement les déplacements de vos personnages sont tout aussi laborieux.

Graphismes

13 / 20
Le titre peut clairement faire mieux. Notamment au niveau des animations faciales lors des dialogues, du détail apporté à ses personnages ou encore des textures qui ne pas toujours sous leur meilleur jour. Cependant la qualité graphique du titre reste globalement satisfaisante.

Bande son

16 / 20
Comme je l'ai précisé dans le test, la qualité et la quantité des doublages est à féliciter. Tout comme Simon Poole qui a passé plusieurs mois à composer une nouvelle bande son efficace pour marquer le coup, comparé à la version PC.

Scénario

15 / 20
Le scénario et la dualité entre les deux mondes fonctionnent. Si certaines histoires personnelles peuvent paraître secondaires par rapport à l'intrigue principale, la fin relève le tout et nous apporte les réponses nécessaires.

Durée de vie

15 / 20
Ce packaging des différents livres des aventures de Dreamfall Chapters vous tiendra un peu plus d'une vingtaine d'heures selon la vitesse à laquelle vous évoluerez. Comptez à peu près 5 heures pour finir chaque livre.

Conclusion

13 / 20
Dreamfall est un jeu compliqué à noter. Disponible pour un prix abordable et partant d'une cagnotte remplie via une campagne de crowdfunding, le jeu s'en tire plutôt bien. Le scénario est solide, la durée de vie correcte et les graphismes acceptables... Et pourtant certains défauts majeurs n'ont pas été gommés par les développeurs, ce qui place Dreamfall dans un entre-deux. Les fans de la série et du genre accrocheront, les joueurs lambda moins.

Ecrit par Shopa le 10/05/2017 à 19h32

Avatar Hugo Geib shopa@gamikaze.com Biographie : Hey les baltringues qui n'ont rien d'autre à foutre que de visiter mon profil ! Moi c'est Shopa, Yougz, ou votre altesse comme vous voulez. Grand amateur de RPG, je suis de ceux fascinés par les jeux qui ont une réelle profondeur, à la limite du philosophique. Sinon je kiff aussi les jeux de sports, d'actions, les TPS, bref tout un programme ! J'essaye d'être drôle parfois, mais je réussis rarement. Need level up.

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire