Test A Hat in Time Playstation 4 - Gamikaze
|

Jaquette

7 ans et plus Peur Violence


Sortie : 6 Décembre 2017

Développeur : Gears for Breakfast
Editeur : Gears for Breakfast

Type : Plates-formes/Aventure

Support : Blu-Ray

D'abord sorti sur PC, A Hat in Time débarque pour nous proposer un jeu de plateforme en 3D, un genre qui manque quelque peu ces derniers mois. Pour combler les joueurs, encore faut il proposer du contenu de qualité, ce qui est présentement le cas. Bienvenue dans un très bon plateformer 3D qui ne décevra pas les amoureux du genre.

Image
Vers l'infinie et l'au delà !
Pour nous entraîner dans son univers, le titre fait débuter au sein d'un vaisseau spatiale attaquée par la mafia. Suite à une altercation avec un membre de cette dernière tout vos sabliers temporelle, c'est à dire le carburant de votre vaisseau, se retrouve dispersé aux quatre coins de l'espace. Arrivé dans la ville de la Mafia, vous rencontrez une mystérieuse chef de rebellion qui vous encourage à lutter à ses côté pour réussir à récupérer votre carburant et rentrer chez vous. Dit comme ça, ça fait vachement badass mais dans les faits c'est bien face à un monde joyeux et mignon que nous nous trouvons. Ce mélange des genres est risqué, mais c'est un pari réussit pour les développeurs. Prenant le parti de faire dans le cartoonesque, le jeu nous séduit rapidement et on est vite conquit parce que l'on voit à l'écran. Pas forcément par la beauté du jeu, plutôt par la direction artistique qui sera l'un des points forts du jeu et viendra donc contre balancer une qualité graphique un peu en deça de ce qu'on peut trouver sur la console. Si du côté des animations le tout est bien réalisé et assez fluide nous avons droit à certaines textures vraiment moyennes mais bizarrement, ce n'est pas ce que l'on retient du titre. La direction artistique, portée part une bande son très efficace et un style cartoonesque atypique de nos jours, nous permet de rapidement s'imprégner de l'univers du jeu. A la fois drôle, joyeux, et attachant on se prend rapidement d'amitié pour les différents personnages. Certaines scènes vous feront souvent sourire et on retrouve un côté absurde qui colle à la peau des dessins animés notamment grâce aux voix et accent des personnages qui sont pour le moins particulier. Car si l'ambiance du jeu bon enfant est bien présente et bien faite, c'est notamment grâce aux doublages qui aident beaucoup. Quand je vous parlais de la bande son réussie ce n'est pas seulement au niveau des mélodies qui nous accompagne tout au long du jeu. Les voix sont faites avec une intonation telle que l'univers en ressort renforcé, avec des accents russes pour les mafieux tout simplement splendide, quand ce n'est pas tout simplement la voix et les intonations qui sont particulières. Là ou toute crédibilité aurait pu disparaître pour faire passer le jeu pour un titre réservé au jeune public, on retrouve plutôt un monde cohérent et chaleureux. Enfin, des détails comme le fait par exemple que le même ennemis qui apparaît plusieurs fois garde la même voix renforce encore ce sentiment. Vous l'avez comprit, nous sommes pour moi devant un univers intelligent, où les idées et le savoir faire finissent par combler certains manquent techniques et graphiques.
Image
Les doublages sont géniaux
Pour autant, le jeu n'est donc pas parfait et la caméra par exemple montre souvent ses limites. Le titre s'appuie beaucoup sur la physique, les sauts exécutés au bon moment et quand la caméra ne suit pas ce n'est pas toujours évident. C'est à mes yeux le défaut majeur du gameplay qui reste globalement assez fluide et simpliste à prendre en main. On retrouve les touches classiques sauter/frapper/interagir/admirer la vue pour les touches croix, carré, rond, triangle, quand le Joystick nous sert évidemment de contrôleur. Enfin, R2 sert à exécuter un dash tandis que la touche L2 vous sert à exécuter le pouvoir de votre chapeau. Car comme vous pouvez l'imaginer à la lecture du titre du jeu, vous pourrez avoir des pouvoirs et des compétences différentes en fonction des chapeaux que vous débloquerez au fil de votre aventure. Comme tous les jeux du genre, vous pouvez récolter des items qui font office de monnaie dans le jeu. C'est grâce à elle que vous pourrez aller voir les marchands et acheter de nouvelles compétences mais aussi participer à certains niveaux qui ne sont accessible qu'en payant une taxe de passage. Grâce aux marchands vous pourrez acquérir des compétences et des nouveaux pouvoirs, et vous pourrez rapidement apprendre à charger des potions dévastatrice. Une fois lancée sur votre adversaire le fera partir au septième ciel plus vite que son ombre et ça fait du bien de ne plus frapper tous ses ennemis à l'aide de notre seul parapluie. L'évolution de nos compétences sont par contre assez classique. Et c'est là le défaut récurrent du titre, à travers les différentes expériences qu'il propose, et même si l'univers est vraiment sympa, il manque souvent ce petit truc en plus pour que l'on tire totalement notre chapeau à A Hat in Time. On retrouve ce sentiment autre part, comme lorsque les développeurs ont tenté de nous faire dévier de la quête principale pour collecter des items spéciaux qui nous permettent de débloquer des coffres et ainsi débloquer encore plus de récompenses. Toutes les tentatives pour nous faire apparaître des semblants de « quête secondaire » bien que le mot quête soit un peu trop fort sont un peu veine mis à part pour les hardcore gamer.
Image
Mieux vaut ne pas se tromper de piscine
Du côté du déroulement du jeu on est sur un schéma très classique à la Mario. Comme indiqué en début de test, vous commencez votre aventure en perdant les 40 bidons d'essence vous permettant de rentrer chez vous. A la fin de chaque acte qui compose les différents chapitre du jeu vous récupérerez un de ces bidons ce qui vous permettra au fur et à mesure de pouvoir accéder à de nouvelles zones de votre vaisseau, et donc de nouvelles planètes où vous pourrez poursuivre votre récolte de carburant. Evidemment chaque monde a ses propres spécificités, ses propres ennemis, et ses propres mécanismes pour progresser au fil des niveaux. On passe par exemple par des scènes d'infiltrations et d'autres où il faut progresser jusqu'à un certain point pour prgresser dans l'aventure. Du côté des bosses, on passe souvent en 2D à la manière d'un Cup Head pour faire face à un boss doté de plusieurs forme. Outre la bonne réalisation de ces boss sur laquelle je vais revenir c'est tout simplement rafraîchissant de voir le gameplay varié de temps en temps dans le jeu. Passer en 2D permet d'avoir à faire à d'autre mécanique de jeu d'autant plus que comme je l'ai précisé les boss sont bien fait. Les différentes formes sont évolutives et vous mettront parfois à l'épreuve même si on récupère de la vie peut être un peu trop facilement pour que le challenge soit vraiment plaisant. Mais en sortant de quelques mois de Cup Head, je suis peut être un peu trop marqué par ce dernier.Et si chaque niveau n'est pas très grand, leur construction est par contre extrêmement bien ficelé et nous sommes face à un bon jeu de plateforme en 3D, qui a comprit l'intérêt du genre pour en exploité la force. Avec des niveaux de hauteurs qui changent, mais tout se retrouve à chaque fois connecté d'une manière ou d'une autre au reste du niveau. De plus, avec le gameplay décrit plus haut on peut aller facilement d'un endroit à l'autre et c'est vraiment plaisant de voir que dans certains niveau on peut explorer et découvrir différentes zones dans un même niveau. Enfin, il vous faudra acquérir certaines compétences pour réellement visiter tous les recoins de la map, et même si vous avez finit la quête principale vous serez encore loin des 100% !

Notes

Gameplay

14 / 20
Parfois gâché par une caméra qui ne suit pas toujours, le gameplay est tout de même assez simple pour une prise en main rapide. Les différentes compétences et pouvoir acquis grâce aux chapeau achève de rendre ce dernier varié et suffisant pour un jeu de plateforme.

Graphismes

14 / 20
D'un point de vue purement objectif, le titre n'est pas très beau à voir. Les textures ne font pas vraiment 2017, heureusement que la direction artistique rattrape le tout et donne au jeu un style qui nous convainc finalement.

Bande son

18 / 20
Comme je l'ai précisé plus haut, la bande son est réussie sur tous les plans. Tant au niveau des doublages que des mélodies, c'est un plaisir d'entendre ce que l'on nous a concocté à travers les différents niveaux & personnages du jeu.

Scénario

12 / 20
Le scénario est à ranger dans la case "bien mais peut mieux faire". Un peu facile, un peu trop simple, on suit l'histoire sans pour autant réellement se prendre d'affection pour une histoire qui aurait méritée d'être retravaillée.

Durée de vie

13 / 20
Il m'aura fallu une quinzaine d'heure pour venir à bout du boss final. C'est sûrement trop peu pour un jeu qui aurait mérité d'être plus long. Difficile cependant de se montrer trop exigeant avec un jeu financer par crowdfunding.

Conclusion

16 / 20
Malgré ses quelques défauts, nous sommes tout de même face à un jeu de très bonne qualité. J'ai prit du plaisir à parcourir les différents univers de Hat in a trick et je n'ai jamais été pris de désamour pour cet univers si attachant. Cependant, je dois rappeler que certains plans du jeu auraient mérité d'être plus approfondis pour donner au titre une autre dimension. On s'en satisfera largement.

Ecrit par Shopa le 17/12/2017 à 00h32

Avatar Hugo Geib shopa@gamikaze.com Biographie : Hey les baltringues qui n'ont rien d'autre à foutre que de visiter mon profil ! Moi c'est Shopa, Yougz, ou votre altesse comme vous voulez. Grand amateur de RPG, je suis de ceux fascinés par les jeux qui ont une réelle profondeur, à la limite du philosophique. Sinon je kiff aussi les jeux de sports, d'actions, les TPS, bref tout un programme ! J'essaye d'être drôle parfois, mais je réussis rarement. Need level up.

Les commentaires des joueurs

Poster un commentaire